Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 10:20

 

Ce n'est un secret pour aucune jardinière de mon entourage : je plante serré, très serré même.  J'aime lorsque les plantes sont imbriquées les unes dans les autres. Il me semble que cela donne un côté plus naturel et bien moins artificiel au jardin.

Cela donne lieu à des scénettes qui parfois réjouissent l'oeil et méritent qu'on les observe de plus près.

 

Les perce-neige. Pas de cultivar rare ici, de simple galanthus nivalis costauds, fidèles et prolifiques. Leur blancheur éclairera l'ensemble pendant presque un mois. Ils disparaitront sans crier gare et sans enlaidir l'ensemble pour revenir plus nombreux l'hiver prochain.

 

Par derrière, une énorme touffe de carex morrowii 'Ice Dance'. Très généreuse, je dois la contenir chaque année afin qu'elle ne s'échappe pas de l'espace que je lui attribue. Persistante, rustique, sans souci, lumineuse, ni soiffarde, ni gourmande, dédaignée des limaces, elle honore sa fonction sans rechigner ni faiblir.

 

Sur la gauche, un polypodium mantoniae 'Cornubiense'. Une de mes fougères chouchoute. J'ai bien fait de suivre le conseil d'Anne-Marie lorqu'elle me l'a vivement recommandée il y a deux ans. Rustique, son rhizome traçant mais non agressif la fait surgir où bon lui semble. Son cycle décalé la fait être belle lorsque les autres fougères caduques sont endormies. J'attends avec impatience qu'elle vagabonde davantage pour transporter son feuillage frisé dans d'autres endroits du jardin.

 

Tout devant, un cyclamen hederifolium nouvellement planté. Dans deux ans, il aura pris assez de forces pour fleurir durant quelques semaines en fin de saison et se sera suffisamment étendu pour remplir tout l'espace au premier plan. La belle présence automnale et hivernale de ces plantes est un vrai bonheur pour les jardins à la mauvaise saison. J'avoue que maintenant, je les choisis davantage pour leurs feuillages aux multiples variations que pour leurs fleurs.

 

S'ajoute à cela le charme moussu de la pierre de bordure qui vient joliment compléter ce tableau 100% hivernal.

12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 17:53

 

Longtemps je les ai admirées sur les routes de mes forêts vosgiennes. Leur blondeur à la saison de la grisaille réjouissait le paysage et les yeux. Les graminées au jardin n'étant pas encore dans l'air du temps, l'idée d'en transplanter un pied au jardin ne m'a même jamais effleurée.

Il aura fallu le premier hiver pour que je reconnaisse dans la molinia 'Karl Foerster' que l'on m'avait offerte, les touffes dorées des bords de routes locaux.

 

'Karl Foerster' ayant été victime de l'appétit féroce des campagnols durant un hiver, 'Transparent' dont j'avais lu le plus grand bien, la remplaça.

'Transparent' ! Quel drôle de p'tit  nom ... qui s'avère loin d'être usurpé tant photographier cette graminée en floraison relève de l'exploit. Merci au soleil levant et à la légère rosée qui m'ont permis ce matin là de réussir enfin un cliché présentable.

 

De verte, l'ensemble vire au jaune d'ambre à l'automne révelant davantage sa présence et son joli port évasé. Il faut dire aussi qu'avec ses deux bons mètres, la belle en impose par sa taille. Pour autant, le pied grossissant raisonnablement, elle n'occupe que peu de place au sol. On est loin des miscanthus denses et s'étendant tels des rouleaux compresseurs.

 

La finesse de ses longues panicules (50 cm) laisse deviner l'arrière-plan ... en transparence (!!!). Légères, elles profitent du moindre souffle pour se balancer gracieusement et animer le massif.

 

Après une ondée, elles n'ont pas leur pareil pour retenir les gouttes de pluie et, si par bonheur un rayon de soleil vient s'y mirer, la plante toute entière prend une allure endiamantée.

 

Mais c'est saupoudrées de givre que je les préfère, même si, trop alourdies, elles peuvent valoir un air un tantinet penché à l'ensemble.

 

C'est sûr que début janvier, après quelques pluies et coups de vent, le spectacle n'est plus aussi engageant. J'ai donc tout rasé. Rendez-vous dans quelques mois pour une nouvelle saison de ma belle transparente.

 

Published by Blandine - dans Coups de coeur
commenter cet article
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 10:22

 

2015 n'aura pas été une année légère. Je ne suis pas fâchée de la voir s'effacer et emporter avec elle au rayon des pires souvenirs toutes les horreurs qu'elle a fait naitre.

Souhaitons pour cette nouvelle année humanité, harmonie et douceur.

 

Le thermomètre affichant encore et toujours des températures printanières, photographier une scène un tant soit peu hivernale pour la traditionnelle carte de voeux n'a pas été des plus facile.

 

Published by Blandine
commenter cet article
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 16:46

 

Les premiers flocons sont tombés cette nuit sur le jardin. Pas encore de quoi sortir la pelle à neige ni la luge mais suffisamment pour retrouver avec plaisir la beauté d'un tapis blanc.

 

De quoi me dire aussi que j'ai vraiment bien fait d'acheter ce lierre arbustif. Sa silhouette n'est pas des plus équilibrée mais j'ai été émerveillée par la couleur de ses feuilles, que j'espère toutefois ne pas être uniquement due à une culture en pot trop prolongée.

24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 10:55

 

"Dites, y'aurait pas comme un léger problème ? Elle est passée où mon eau, ma bonne eau si goûteuse et chargée en bonnes odeurs ?"

 

-6° au thermomètre durant la nuit. Cette fois, c'est la bonne gelée, celle qui fige le bassin ...

... sucre les roses ...

... et fait prendre une douce couleur à 'Sally Holmes'.

 

Ce soir, la neige est attendue. L'hiver fait sa première incursion en terre lorraine.

 

Quant à toi, petite Frimousse trop hardie, fais attention, poser ses papattes sur la glace n'est pas sans risque.

 

22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 09:23

 

Jour après jour, les fleurs se font plus rares et plus discrètes. Mi-novembre, cela n'a rien d'exceptionnel en Lorraine. Et pourtant, tout comme les irrésistibles Gaulois de mon enfance, une grosse touffe claire fait de la résistance et illumine encore le jardin. Partout où le regard se pose dans le jardin maintenant déshabillé, on ne voit (plus) qu'elle.

 

Pour la première fois de ma vie de jardinière, un chrysanthème a l'heur de se plaire au jardin. Et quel chrysanthème !

Vigoureux, le pied n'entame que sa deuxième année de culture ; imposant, 0.80 m sous la toise ; florifère, ce bouquet n'est le résultat que de huit tiges ; durable, trois semaines de floraison sans montrer un seul signe de faiblesse.

 

Mais d'où peut-il bien tirer son drôle de nom : 'Kleiner Eisbär' (=petit ours polaire) ?

De sa couleur de départ ni tout à fait jaune, ni tout à fait blanche ? De ses nombreux pétales qui lui font une épaisse fourrure ? De sa résistance au gel (à re-confirmer) ?

Il est sûr qu'il ne le tient pas de son odeur car outre toutes les qualités déjà citées, le bougre sent divinement bon !!! Oui, oui, oui ! Pas le parfum connu et souvent exécré de chrysanthème mais une odeur délicieusement fraiche et printanière que les rayons du soleil automnal m'ont fait percevoir à 50 cm.

 

Jour après jour, les nombreux boutons s'ouvrent et blanchissent. Faute de pluies, je ne connais pas leur résistance à l'eau et la météo hivernale annoncée pour ce week end ne me donnera sans doute pas l'occasion de le découvrir.

 

Les dizaines de litres d'eau tombés vendredi ne me laisseront pas non plus le temps de profiter de la jolie teinte rosée que commençaient à prendre les pétales en fin de floraison. Sous le poids de l'eau, toutes les branches se sont cassées au niveau du tuteur.

 

Inconsciente, je n'ai fait aucune bouture de sauvegarde. Je croise les doigts pour que l'hiver et ses habitants souterrains affamés ne me jouent pas un tour pendable.  L'année prochaine, dès que les tiges se seront suffisamment allongé, je le multiplie. Il y aura toujours une place et un jardin pour l'accueillir.

 

Et dans vos jardins, vous en cultivez aussi de jolies merveilles, florifères, sans souci, très rustiques et résistant à toutes les épreuves ?

 

Published by Blandine - dans Coups de coeur
commenter cet article
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:26

 

Je craignais que la sécheresse de l'été ne me prive des beautés automnales. Il n'en n'est rien, bien au contraire. Cet automne 2015 restera dans ma mémoire comme un excellent cru. Les couleurs sont présentes au rendez-vous, nombreuses, intenses et (pour une fois) durables.

 

 

Mais trop de couleurs tuent la couleur. Un peu de vert supplémentaire mettrait davantage en valeur cette flamboyance.

Conifères, persistants ... j'ai tout l'hiver pour y penser.

 

17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 14:12

 

Loin de monopoliser le regard comme certains de ses confrères, voici un petit aster qui ne fait guère parler de lui. C'est regrettable car je lui trouve de bien jolies qualités ... qu'il a toutefois mis trois ans à me dévoiler.

 

La toute première est sa sagesse car il est absolument non traçant. Et à l'heure où j'arrache et arrache encore des mètres de racines d'un aster blanc mal identifié vampirisant tout le massif pourpre, cela représente un avantage certain. Ses tiges rigides poussent dru, formant un ensemble très compact.

 

Il possède un port de rêve. Petit buisson très dense et bien droit, rien ne le fait ployer, ni les trombes d'eau, ni les rafales de vent. Il reste stoïque sous les éléments. Loin d'être retombantes et de cacher ses voisines, ses branches poussent à l'horizontale lui donnant au passage le nom pas très poétique d'Horizontalis'.

 

Il fleurit tout en délicatesse. Chez lui, pas de tape à l'oeil comme chez certaines variétés aux grosses fleurs et aux couleurs très vives mais des centaines de fleurettes blanches s'ouvrant les unes contre les autres. Elles s'épanouissent de concert et leurs gros coeurs ronds et proéminents empourprent le buisson.

 

Dernier bon point et non des moindres, il fane très joliment. Une fois les pétales blancs tombés, restent des centaines de coeurs violacés qui donnent à la plante un nouveau point d'attrait quelques jours durant.

 

Va pour les fleurs ... Mais quid des autres mois de la belle saison .... ? Le bel aster n'est pas en reste, loin de là. Pas très haut (0.60 m environ), son port très ramifié et ses petites feuilles printanières foncées lui prêtent une silhouette de petit arbuste, intéressante en bordure de massif. A tout cela, vous ajoutez encore une absence d'oïdium et un faible attrait parmi la gente baveuse.

Alors convaincu(e)s ?

 

Malheureusement sa première qualité se révèle être aussi son défaut. Sa faible vitesse de croissance me freine terriblement dans mon envie de prélever de petits éclats à offrir et à planter dans d'autres endroits du jardin.

 

Published by Blandine - dans Coups de coeur
commenter cet article
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 10:51

 

Cette fois, c'est la fin. La dernière fleur s'est gracieusement couchée au sol cette nuit signifiant la fin de sa prestation. Et quelle prestation ! Pour sûr, voilà un bulbe dont je ne regrette pas la plantation.

 

21 août, c'est le début des festivités. Une corolle, énorme, surgit de terre. A sa base, à demi enfouie, une deuxième se prépare déjà.

 

Six jours plus tard, quatre promesses se montrent.

 

Perchées sur des tiges de 20 cm, 10 fleurs se sont successivement épanouies. Et quelles fleurs ! D'énormes "assiettes" d'une douzaine de centimètres de diamètre, au large centre blanc et lumineux.

 

Presque un mois de floraison non stop. Alors, qu'il soit speciosum, automnale ou giganteum, un qualificatif est irréfutable, il est géant ce colchicum 'The Giant'.

 

Malheureusement, sur les trois bulbes plantés à l'automne 2014, un seul est réapparu. Faible pourcentage, mais la floraison m'a tellement enchantée que trois nouveaux essais vont être tentés. J'espère avoir un peu plus de chance cette fois avec une plantation (légèrement) plus précoce.

 

Published by Blandine
commenter cet article
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 13:31

 

 

Ce fut le tout premier "massif" du jardin. Il est -plutôt vilainement-  appelé la "Banquette des hortensias" car le muret de soutien que j'ai monté pierre par pierre m'a souvent servi de siège de pause et de réflexion.

 

Ombragé aux heures les plus chaudes par le tilleul, c'était l'endroit idéal pour y planter un pauvre petit hydrangea rescapé d'une cruelle Toussaint.

 

Deux Toussaint plus tard, deux autres survivants sont venus s'ajouter. 

Un sujet de petite taille aux grosses boules rose foncé. C'est le premier à fleurir.

 

Le dernier, à têtes plates, est devenu monumental (1.80 x 2.00 m). Pour cause d'absences répétées de floraison, il était promis à un autre jardin cet automne mais visionnaire, il s'est mis en quatre pour assurer une floraion époustouflante et me faire changer d'avis.

 

Planté tout ce qu'il y a de plus de rose, ses fleurs affichent maintenant un camaïeu rosé à violacé qui est loin de me déplaire. 

 

Et histoire d'asseoir définitivement sa place au jardin, il prépare quelques nouveaux boutons floraux. Ne t'épuise pas inutilement mon beau, je te garde !

 

Mais voilà, au pied des Vosges, hydrangea macrophylla, hivers rigoureux puis gelées printanières tardives ne sont pas toujours bons amis. Deux paniculata au tempérament bien plus accomodant sont venus apporter l'assurance d'une floraison annuelle.

Le premier, acheté pour moins que rien dans un hard discounter allemand, n'était pas étiqueté.  Je lui trouve une très forte ressemblance avec 'Limelight'

 

Le second est issu d'une bouture maternelle. C'était le premier hydrangea paniculata que je voyais et admirais. Le pied mère date d'une époque où le nombre de cultivars était loin d'être aussi important. Il date aussi d'un moment où les deux jardinières ne notaient pas le nom des variétés. Haut (2,00 - 2.50 m), solide, très florifère, aux longues panicules (25 - 30 cm) rosissant joliment en fin de saison, il n'a pas grand chose à envier aux nouveaux cultivars.

 

Et puis parce que j'aime que des effluves flottent dans tous les endroits du jardin, deux semis naturels de phlox sont venus s'ajouter.

        

 

Cette année fut l'année de ce massif. Une douceur hivernale exceptionnelle, des gelées printanières moins tardives et moins fortes ont fait que les floraisons ont été abondamment fournies et magnifiques.

 

Aucun p'tit nom pour chaucun de ces inconnus. Alors si l'un d'entre eux vous semble familier, je suis toute ouïe.

 

 

Published by Blandine
commenter cet article