Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 septembre 2022 2 06 /09 /septembre /2022 10:47

 

Après trois ans d'une lente agonie, notre gros cerisier a rendu l'âme et a été abattu ce printemps. La place libérée ne l'est pas restée longtemps. Un dernier (?) massif a donc vu le jour.

 

Cela tombait bien, j'avais justement quelques petits arbustes et vivaces en stock ne demandant qu'à être plantés. Ces quelques pots n'ont pas suffi à remplir ce nouvel espace, loin de là. Par chance, il restait plusieurs variétés de graines d'annuelles dans ma boîte à trésors. 

Sur une terre nue et travaillée, j'ai jeté les graines sur le sol et arrosé jusqu'à la germination. Puis j'attendu que cela pousse ... et j'ai redécouvert la générosité des annuelles.

 

Les premières à fleurir ont été les papaver rhoeas. Les fleurs sont de courte durée mais se sont renouvelées pendant 4 à 5 semaines.

 

Puis sont venus les eschscholtzias. On les connait surtout en orange mais d'autres couleurs existent : jaune, rouge, rose ....

J'ai choisi un joli blanc crème plus en accord avec la dominante rose de ce nouveau massif.

Premières fleurs mi-juin, dernières encore à venir. Excepté pour quelques gousses dont je ne suis même pas sûre de la fidélité de la couleur, j'ai été très rigoureuse et ne les ai pas laisser former leurs graines.

Quelle santé ces petits pavots de Californie ! Chaleur et sécheresse ne les ont pas le moins du monde dérangés ; seul le temps gris voit leurs corolles rester fermées.

 

Les nielles des blés dont j'avais déjà beaucoup aimé les couleurs vives et lumineuses il y a quelques années m'ont une nouvelle fois enchantée. J'avais oublié que leur floraison s'étalait sur un mois.

 

Un peu plus tardives, les malopes m'ont finalement déçue. Hautes, elles se sont vite effondrées et n'ont pas formé la masse de fleurs que j'espérais. Je n'en sèmerai plus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Terminant le bal, les panicum capillare ont comblé les derniers vides du massif. Leur croissance fulgurante permet même de combler les trous laissés par l'arrachage des plantes fanées. Ils s'accordent à merveille avec l'automne et le retour des rosées matinales.

 

Dans un autre massif où les campagnols ont dramatiquement œuvré durant l'hiver, les phlox décimés ont été remplacés par quelques semis d'amarantus caudatus généreusement donnés par une jardinière amie. En quelques semaines, ils se sont hissés, ont fleuri tout l'été sans aucun arrosage et sont encore tout à fait honorables en ce début d'octobre.

 

Moi qui ne jurais que par les vivaces, je révise mon jugement devant la facilité de culture et la générosité de ces quelques annuelles. Hormis les malopes, toutes seront à nouveau présentes au jardin l'année prochaine. Je me suis même déjà procuré de la semence d'amarantus caudatus verte.

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2022 5 08 /04 /avril /2022 08:47

 

... disais-je autrefois à propos des hellébores. Francis, Geoffrey, on ne ricane pas.

Oui mais ça, c'était avant, avant d'admirer de mignonnettes petites roses de Noël doubles dans le jardin de mon amie Christine et dans celui (virtuel) de Geoffrey, le jardinier libraire des Hauts-de-France.

J'avais bien tenté un pied de double rose mais il ne m'avait pas vraiment convaincue avec ses fleurs un peu roses, trop grosses, trop lourdes ... trop tout.

La première fleur double à vraiment faire battre mon cœur fut une petite fleur très sombre que j'ai bêtement fait mourir par défaut d'arrosage. Je m'en veux terriblement et la regrette encore.

Je lui ai retrouvé un remplaçant presque identique mais avec une fleur moins foncée et un peu plus grosse. 

Suite à une visite dans le jardin de Christine, je suis revenue avec ce joli bébé qui n'hésite pas à montrer ses dessous sans pudeur.

Et puis, venu tout droit de son Nord natal, la poste m'a apporté ce délicat croisement du jardinier libraire. 

Le virus m'avait atteinte, j'étais contaminée. J'ai ouvert tout grand les portes du jardin pour accueillir six nouvelles pensionnaires tout en jupons.

pépinières du Pranzieux

pépinières du Pranzieux

pépinières du Pranzieux

helleborus 'Xanthia'

pépinière Delabroye

pépinières du Pranzieux

 

Je sais déjà que je ne m'arrêterai pas là. D'autres petites merveilles n'attendent que mon panier pour sauter dedans.

 

Il me suffit de regarder ces deux vidéos du passionné Thierry Delabroye qui crée de vraies beautés dans sa pépinière des Hauts-de-France.

https://www.facebook.com/100001954024437/videos/3515227415219025/

https://www.facebook.com/100001954024437/videos/3508671909207909/

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 16:12

 

Le coucou ne s'étant pas encore fait entendre au pied des Vosges, la neige tombée ce we ne sera pas celle du coucou mais plutôt celle d'un poisson d'avril très facétieux.

 

La blancheur des flocons rosit les fleurs de la spirée 'Fujino Pink'. 

Sous le prunus 'Kojo no Mai' en fin de floraison l'atmosphère est particulière et tout en douceur.

Mais cette charmante ambiance hiverno-printanière ne doit pas me faire oublier les gelées annoncées pour cette nuit. Epimedium, corydalis, pivoines ont été chapeautés. En espérant que cela suffise ...

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2022 3 16 /03 /mars /2022 22:28

 

L'année dernière, le sirocco saharien avait déjà poussé ses poussières sableuses jusqu'à ma lointaine Lorraine, apportant une ambiance orangée tout à fait inédite.

 

Hier le phénomène s'est reproduit, colorant d'orange le ciel une nouvelle fois.

 

Mais cette fois, quelques gouttes de pluie qui ont précipité au sol les minuscules grains ocre.

Feuillages, fleurs, mobilier, décos, tout est jauni, sali.

 

 

 

 

 

Il faudra une bonne pluie pour laver le jardin et faire disparaitre toutes ces traces africaines.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2022 1 07 /03 /mars /2022 09:59

 

Une façade plein Sud, un petit fenestron à habiller, une vieille poissonnière trouée et cabossée, quelques jolis sempervivum et ... voilà !

Celui qui attire tous les regards en ce mois de mars, c'est sempervivum 'Gold Nugget'. Après sa période de flamboyance, il s'assagira, passera au doré puis au verdira en fin d'été.

 

Pour l'accompagner, un petit sedum acre 'Aureum' qui fleurira en jaune en mai-juin. Très conquérant, il se glisse partout mais s'arrache facilement.

 

Sur la droite, sempervivum 'Silberkarneol'. Il s'empourprera plus tard en saison.

 

A gauche, sempervivum 'Gamma'.

 

Sur l'avant, deux sempervivum arachnoideum sans nom trouvés en jardinerie.

L'un a été choisi pour sa toute petite taille,

l'autre pour sa rondeur et l'abondance de sa chevelure blanche.

 

Rien de plus simple à mettre en place. De la terre de jardin (chez moi, elle est sableuse) mélangée à des gravillons, une couverture de gravier pour éviter un éventuel pourrissement au collet, quelques arrosages parcimonieux et le tour est joué. En fin d'hiver, j'épile les feuilles qui ont séché et si une rosette est morte, je comble le trou par une consoeur.

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2022 6 05 /02 /février /2022 22:59

 

Il y a d'abord eu ma belle heuchère 'Guacamole', la plus belle du jardin, énorme, acidulée et lumineuse. Un matin, je l'ai retrouvé ratiboisée. Ne restaient que les tiges, sans doute plus dures sous la dent.

Et cette semaine, ce fut au tour d'un lierre arborescent. Scalpé la première nuit ...

... puis quasiment dénudé la nuit suivante.

Malgré l'absence d'empreintes j'avais bien ma petite idée.

 

La caméra délatrice a été positionnée. Elle a rendu son verdict. Verneuil le Chevreuil s'en était donné à cœur joie et avait continué son travail de tonte.

 

Trois autres lierres arborescents sont plantés. J'avoue que j'ai une petite appréhension chaque matin en parcourant le jardin.

 

Pour le moment, rien à signaler, ils sont encore intacts. Pourvu que ça dure !

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 14:40

 

Des miscanthus, il y en a et il y en a eu au jardin. Plusieurs sont restés, certains sont sortis, d'autres entrent.

'Gracillimus' fut le premier à sortir. Certes son feuillage très fin n'est pas dénué d'intérêt mais au fil des années, il formait une grosse tache vert foncé trop stricte à mon goût dont je n'ai d'ailleurs pas gardé un seul souvenir photographique. Trop tardif, sa floraison n'a jamais eu le temps de s'épanouir dans mon jardin au pied des Vosges.

 

Le second fut 'Silberfeder'. Les campagnols l'ayant trouvé fort à leur goût, sa disparition ne fut pas de mon propre fait ... même si son embonpoint dans un massif un peu étriqué me dérangeait. Son spectacle hivernal m'a longtemps manqué.

décembre 2011

 

décembre 2014

 

Le troisième fut 'Zebrinus' pour la même raison que le précédent. Tout compte fait, je ne l'ai jamais regretté, son feuillage panaché ne m'emballait pas, je l'avais pensé plus attractif.

septembre 2009

 

D'autres en revanche habillent le jardin et je ne saurais pas m'en passer.

Dans la famille des indétrônables, 'Morning Light', finement panaché et méritant parfaitement son nom dans les rayons du soleil matinal (Merci Zeph pour l'idée). Trop tardif, il n'a jamais fleuri mais je ne l'avais pas choisi pour ça.

octobre 2014 

 

Un autre indispensable est 'Variegatus'. C'est un grand mais sa luminosité fait merveille dans les massifs.

octobre 2020

Les froids précoces ne lui laissent guère le loisir de fleurir ici mais lorsqu'il le fait, j'aime beaucoup ses épillets roux et gaufrés.

octobre 2014

 

 

Donné par Christine, le petit éclat de 'Ferner Osten' est devenu une belle, même très belle touffe. Tellement belle que j'ai dû la diviser et la relocaliser cet automne.

octobre 2020

J'aime son port vertical qui reste bien net durant une grande partie de l'hiver.

novembre 2019

 

Admiré sur les photos de Renée dans son Jardin d'Entêoulet, 'Mémory' a fait son entrée au jardin l'année dernière et les quelques plumeaux qu'il m'a offerts cet automne m'ont déjà enchantée.

décembre 2021

 

Un éclat, également donné par Christine il y a 2-3 ans, est en passe de devenir mon chouchou. C'est un anonyme de petite taille aux plumets chamois pelucheux, bien visibles et très durables.

janvier 2022

 

Deux autres "petits" sont entrés récemment au jardin, 'Filigran' et 'Yaka Dance' qui n'a pas encore fleuri mais m'a déjà régalée de son feuillage automnal intensément rougi.

octobre 2021

 

J'aimerais encore trouver un petit petit d'environ 1,00 m tout en fleurs et je crois que ma quête dans cette famille s'arrêtera là ... ou pas. Si vous avez des noms à me proposer, je suis preneuse.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 10:31

 

Un grand merci pour toutes vos visites, vos petits mots, vos conseils, vos découvertes, vos idées malgré un blog qui s'essouffle quelque peu après 15 ans de parutions.

 

Je vous souhaite une année 2022 riche en joies, en rires, en amitiés et en jardinage.

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2021 5 22 /10 /octobre /2021 09:52

 

Tout d'abord, quelques feuilles fines et allongées sont sorties de terre. Puis une tige s'est hissée jusqu'à atteindre une soixantaine de centimètres.

 

Fin août les premières fleurs sont apparues.

Blanc rosé, elles ont eu le bon goût de se marier avec le sedum 'Herbstfreude' en boutons.

 

Au fil des semaines, leur couleur s'est intensifiée faisant toujours écho à celle de son voisin désormais épanoui.

   

 

Fin septembre, ses tiges terminales ont commencé à rougir.

 

Toujours très courtisée, je ne l'ai jamais vue sans visiteuses et ai observé trois sortes de punaises.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Apparue juste sous l'arbre à boules, je soupçonne cette plante d'être arrivée dans le mélange de graines pour oiseaux. Son air de famille avec la persicaria maculosa indigène qui pousse spontanément dans le potager ne trompe pas.

C'est une persicaire, cela ne fait aucun doute. Je pense à persicaria lapathifolia.

 

Je comptais bien récupérer des graines de ma belle. Mais hier matin, après le passage de la tempête Aurore ou plus vraisemblablement d'un chevreuil gourmand, toutes les tiges florales avaient été sectionnées. Ne subsistaient que ses feuilles en habits d'automne. Ma belle découverte restera donc peut-être la seule et unique. 

 

Cette jolie découverte m'a une nouvelle fois rappelé que la belle persicaria orientalis serait la bienvenue au jardin ... si je daignais réussir son semis. 

Des conseils pour le semis (cliquer) donnés par Sophie du "Jardin, c'est tout" devraient peut-être enfin être la clé de mon futur succès.

 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2021 4 24 /06 /juin /2021 09:47

 

Mais pourquoi donc un pareil nom pour les tradescantia virginiana ? 

Ce sont des plantes pleines de qualités. Elles sont longévives, les hivers lorrains ne leur font pas peur, les étés chauds et secs non plus. Elles sont très florifères. Certes leurs fleurs ne durent qu'une journée mais elles se renouvellent pendant plusieurs semaines.

 

'Zwanenburg' possède un bleu très intense

 

'Alba Major' est blanche comme neige

 

Outre son joli bleu, 'Sweet Kate' a un joli feuillage doré

 

Autre point positif, ce sont de véritables aimants à butineuses. Par temps ensoleillé, leurs fleurs sont minutieusement et bruyamment visitées.

 

Je leur reproche toutefois un manque de maintien après une forte pluie et leur esthétisme en petite forme après leur floraison. 

 

Si je les ai adoptées depuis de longues années déjà, le jardin les a également adoptées. Chaque année je retrouve un ou deux semis dont j'attends la floraison avec impatience. Ils sont en majorité bleus mais de temps en temps, un sujet se démarque du lot.

J'ai ainsi gardé un un joli bleu très clair,

un semis bien bleu et qui pour l'instant reste plus nain (40 cm).

Et ce printemps, j'ai eu la jolie surprise de voir une nouveauté aux boutons très foncés

dont j'aurais aimé une fleur à la couleur pourpre, ce qui n'est pas le cas. Dommage !

 

A quand un semis au joli rose doux ? J'attends ...

 

Partager cet article
Repost0