Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 22:43

 

Quelle météo aujourd'hui !

Pluie, pluie et pluie (43 l depuis hier soir). La terre regorge et dégorge.

Orage, tonnerre, éclairs et grêlons

Et fortes bourrasques de vent. L'une d'elle, plus puissante a eu raison de la structure qui protège nos repas des petites pluies, des aiguilles de pin et des glands. Ses poteaux commençaient à montrer des signes de faiblesse et nous la savions en sursis ; Eole a travaillé pour nous.

 

Repost 0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 16:13

 

Entre l'orange et moi, ce n'est pas le fol amour. Seul un tout petit coin du jardin accueille encore quelques rescapées d'un ancien massif, des hémérocalles pour la plupart.

 

Pourtant, un nouvel arrivé au jardin a su faire fondre mon petit cœur de jardinière.

A l'automne dernier, dans ma recherche de chrysanthèmes rustiques et ayant fait leurs preuves en Lorraine, deux amies jardinières m'ont grandement gâtée en m'offrant plusieurs éclats de ceux qu'elles cultivaient. Du blanc, du pourpre, du jaune ...  Des cadeaux de roi !

 

Inutile de vous dire que j'ai attendu la fin du mois d'octobre avec une grande impatience, priant pour qu'une perfide gelée ne vienne pas griller en une nuit tous les jolis boutons en préparation.

Jaune avait dit Marie-Thérèse ... ce n'est pourtant pas ce que laisse supposer le premier bouton. Il semblerait que le jaune soit plutôt de l'orange. Mmmm ...

Impression vite confirmée par l'épanouissement des premières fleurs, toutes plus orangées les unes que les autres.

Et paradoxalement, moi qui jure ne pas apprécier cette couleur, me voici toute attendrie devant sa pétillance et sa luminosité si appréciable les jours de grisaille et de pluie.

 

Mais ce joli chrysanthème me réservait une nouvelle et belle surprise. En quelques jours, sa couleur a pâli, dévoilant un œil jaune totalement insoupçonné.

Fin octobre, les trois petites gelées qui ont blanchi le jardin n'ont eu aucune prise sur lui. Il est toujours aussi frais et pimpant.

10 novembre, balloté par les vents d'automne, alourdi par les froides pluies, il garde malgré tout un certain panache.

 

Inutile de me demander son nom, il n'en n'a pas ou il a été perdu. Pour moi, il restera à jamais le joli chrysanthème saumon de Marie-Thérèse.

Et j'ai tellement peur de le perdre comme j'ai perdu mon beau 'Kleiner Eisbar', rongé par les mulots l'hiver dernier,  que j'en ai même fait un pot de sauvegarde. Cette fois-ci, ils ne m'auront pas !

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Coups de coeur
commenter cet article
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 22:14

 

-1 la veille, -2 cette nuit.

Deux petites gelées bien gentillettes histoire de rappeler à la jardinière que la belle saison est terminée et qu'il est grand temps de rentrer les frileuses. Le message est passé, bien reçu !

 

Si les chrysanthèmes n'ont pas souffert,

il n'en va pas de même pour les deux isodons. Enserrés dans une gangue de glace, leurs boutons ne s'en remettront pas ... comme chaque année. Je ne les verrai pas en fleurs ... comme chaque année ... Malgré leur bonne rusticité, pas sûr que ces plantes soient adaptées à une culture dans ma Lorraine.

 

Un dernier tableau éphémère, aux douces couleurs, me met un peu de baume au cœur.

 

Il est maintenant venu le moment de désherber une dernière fois, de couper les asters qui se sèment à tout-va, de planter les derniers arbustes en pots, de mettre en terre les quelques variétés de bulbes délaissées des campagnols, de protéger les jeunes boutures, de pailler les deux-trois frileuses du jardin, de ..., de ...

 

Après viendra le temps du repos et des jolis ciels hivernaux.

 

Repost 0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 09:47

 

Triste conséquence du gel tardif de la fin du mois d'avril, les acer palmatum paient un lourd tribut à cette fantaisie glaciale.

Mort aux 4/5, il a fallu rabattre 'Orange Dream' à 50 cm ; 'Little Princess' a perdu une grosse branche ; 'Butterfly' est moribond ; 'Shaïna' ne s'en est jamais remis et a dû être arraché ... tous sans exception ont nécessité une importante taille de branches mortes et leur silhouette s'en trouve souvent déformée.

 

Mais il en est un, le plus beau du jardin, qui fait vraiment triste mine.

Le bel érable 'Inaba Shidare', mon chouchou, mon préféré, n'est plus que l'ombre de lui-même. Il me suffit de me replonger dans les photos des automnes précédents pour prendre de plein fouet la mesure de son affaiblissement.

Le voici en octobre 2015 ...

... incendiant l'endroit le plus sombre du talus.

Et le voici cette semaine, triste et pâle copie de ce qu'il fut les automnes précédents.

Toutes les branches grises sont définitivement mortes. Une fois la taille opérée, il aura perdu la moitié de son ossature. Il ne restera donc plus grand chose de la belle masse qui flamboyait si vivement dans les rayons du soleil.

Il n'est pas dit que le jour où je croise un joli sujet, je ne me laisse pas tenter car au rythme où cet arbuste grandit, il me faudra attendre plusieurs années avant de retrouver un tel spectacle.

 

Repost 0
25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 09:40

 

L'année dernière, il s'était déjà laissé observer plusieurs fois, perché dans la ramure d'un arbre, sautant de branche en branche, détalant sur la pelouse et même se régalant à une mangeoire durant l'hiver. Mais chacune de ses apparitions était furtive, bien trop furtive pour que je réussisse à en garder une jolie trace.

Cette année, peut-être rassuré par le calme et la bienveillance du jardin, il s'est fait de plus en plus présent, allant même jusqu'à discuter ou à grogner son mécontentement lorsque je l'espionnais un peu trop longuement.

Discret, c'est vrai qu'il ne l'est guère le Rouquin. Ses bonds bruyants dans les arbres m'ont guidée sans difficulté vers son nid, caché dans le gros houx.

Malin comme emplacement ! Les feuilles piquantes tiennent à distance respectueuse la chatte Frimousse qui, elle aussi, a repéré le petit enchevêtrement de branchages. Mais pour une fois, la raison a pris le pas sur sa curiosité. Un mauvais souvenir peut-être Frimousse ?

 

Cet après-midi là, il ne m'a pas vue et s'est laissé longuement photographier.

Un petit bruit et le voici immédiatement sur ses gardes, l'oreille en alerte.

Il doit y avoir danger car c'est une folle et sautillante débandade vers un point de repli.

Merci le Rouquin pour ces quelques minutes de partage.

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Animaux du jardin
commenter cet article
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 09:45

 

Avec une pluviométrie de 64 l sur treize relevés durant le mois d'août, le jardin a gardé un aspect, ô combien trompeur, d'opulence et de relative fraîcheur. A la différence des années précédentes, malgré quelques épisodes d'intense chaleur, ces nombreuses petites pluies ont fait que l'herbe est restée verte et drue en de nombreux endroits.

Mais semaine après semaine, jour après jour, le sous-sol s'est profondément asséché et la végétation a commencé à le montrer. Les vivaces hautes (phlox, veronicastrum, eupatorium ...)

et les soiffardes (cimicifuga, pulmonaria, hakonechloa, symphytum ... ) ont commencé à tirer la langue.

 

La météo nous promettant orages et pluies, j'ai attendu, attendu. Un matin les hydrangea, à l'exception des paniculata plus tolérants, n'ont plus redressé leur feuillage après la très relative fraicheur nocturne.

Les viornes ont suivi et leur feuillage s'est rapidement recroquevillé.

Je me suis donc résolue à reprendre les arrosages de survie.

 

Avant-hier 13 petits litres sont tombés. C'est un début qui a permis à la végétation de reprendre quelques forces vitales.

Mais en profondeur, la sécheresse continue de sévir et le jardin prend tout doucement un  air automnal bien précocement.

 

Repost 0
25 août 2017 5 25 /08 /août /2017 08:42

 

Mais comment n'ai-je pas vu les feuilles de menyanthes disparaitre les unes après les autres ?

Il aura fallu que certaines feuilles du nénuphar soient à demi englouties pour que je regarde ce qui se passait de plus près.

Je n'ai pas eu à chercher bien longtemps. Quelques déjections de belle taille ont vite trahi les gloutonnes. Et après examen attentif, ce furent 1 ... 2 ... 3 ... 4 ... 5 grosses chenilles vertes qui se sont laissé surprendre, bien cachées au milieu de la jungle aquatique.

Avec une telle population de grosses gourmandes, pas étonnant que le garde-manger se soit effeuillé jour après jour.

 

Une petite recherche de confirmation a conforté mon identification, des chenilles du grand sphinx de la vigne, un papillon nocturne à la curieuse et chatoyante livrée rose et kaki.

Mais pourquoi diable sont-elles venues se perdre au dessus de l'eau alors qu'une énorme vigne court sur le grillage à quelques dizaines de mètres ?

 

Dix jours plus tard, il ne reste plus que deux chenilles, toutes deux vêtues de leur dernier habit. Elles ont encore grandi et affichent 8 bons centimètres sous la toise.

 

Onzième jour d'observation : plus aucune trace des deux goulues ... mais à quelques mètres, sous le gros tilleul, 'Sum and Substance' s'est fait dévorer nuitamment et en toute discrétion la moitié d'une de ses énormes feuilles. QUI a osé ?

Un sphinx du tilleul aurait-il lâchement abandonné quelques-uns de ses enfants ?

 

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Animaux du jardin
commenter cet article
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 23:20

 

Un chaud soleil était présent pour le rendez-vous des "Arts aux Jardins" cette année. Un temps idéal pour flâner dans la fraîcheur des jolis "Jardins de Froide-fontaine" et prendre le temps d'admirer les oeuvres présentées par les artistes.

Matthieu Exposito avait réalisé une installation dans chacun des quatre jardins lorrains ouverts pour la circonstance.

 

Petit tour d'horizon tout à fait subjectif des oeuvres qui m'ont fait vibrer.

Les bronzes d'Adeline Weber-Guibal

alliée ici avec le verrier Pierrot Doremus

 

Les sculptures en fer de Marie-Christine Sohm

 

 

Les oeuvres de verre de Pierrot Doremus

 

 

 

 

 

Indifférentes à toutes ces beautés, les trois poulettes du jardin faisaient elles aussi les stars et se laissaient admirer avec un rien de complaisance.

 

Repost 0
Published by Blandine - dans D'autres lieux
commenter cet article
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 15:29

 

Jamais je n'aurais cru que ces quelques degrés en dessous de zéro (-5°) fassent autant de dégâts.

Inutile d'espérer une quelconque récolte sur les fruitiers déjà en fleurs ; cassis et groseilles pourtant déjà bien formés tombent de jour en jour.

              malus 'Evereste'

 

Les feuilles du styrax, stachyurus, chimonanthus, zenobia, des ginkgos, des cotinus sont grillées en totalité. Même peine pour celles du gros noyer qui étaient toutes noires au petit matin. La jeune glycine, le robinia 'Frisia' et le magnolia sieboldii, tous deux nés de semis naturels il y a 5 ans, font peine à voir.

 

Chez les hydrangea, arborescens, quercifolia et paniculata s'en sortent à peu près bien. En revanche, tous les autres sont gelés (macrophylla, aspera, petiolaris, serrata).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

hydrangea petiolaris                                                         hydrangea 'Yezoensis'

            hydrangea aspera 'Hot Chocolate'

 

Comme très régulièrement, les pieris ont vu leurs jeunes pousses rouges grillées, plus inquiétante est la vilaine couleur brunâtre qu'ils sont en train de prendre.

              'Forest Flame'

 

Les érables du Japon voient leur feuillage et leurs jeunes pousses pendre misérablement.

               acer palmatum 'Atropurpureum'

 

Disporum, rodgersia, dicentra, leucoceptrum, boehmeria, eupatorium, astilbe sont complètement ratatinés au sol et devront tout reprendre à zéro.

               boehmeria biloba

 

Les saxifrages d'automne, tout comme les fougères, les acanthes et les persicaires sont pitoyables et devront reconstituer la plus grande partie de leurs feuilles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

matteucia orientalis                                                           polystichum polyblepharum

              persicaria amplexicaulis

 

Les hostas sont soit avachis au sol, soit translucides.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

'Elegans'                                                                         'June'

            'Spartacus'

 

Selon leur emplacement, hakonechloa et miscanthus ont été préservés ... ou pas.

              hachonechloa macra 'Aureola'

 

Bonne surprise pour les epimedium qui sont bien moins touchés que je ne le craignais ; seul fargesii s'en sort vraiment mal.

              epimedium fargesii

 

Plus préoccupant, quelques tiges de phlox explosent de temps à autre depuis cette funeste nuit.

              phlox paniculata

 

Mais pour ne pas me faire sombrer dans une sinistre morosité, le gel avait abandonné quelques oeuvres éphémères comme maigre lot de consolation.

                                tulipa 'Queen of the Night'

              sedum 'Postman's Pride'

                                tulipa 'Orange Emperor'

 

Repost 0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 11:06

 

J'aime lorsque le printemps me surprend agréablement comme cette année.

A l'automne dernier, comme de coutume, j'ai une nouvelle fois cédé aux sirènes bon marché des bulbes d'un célèbre discounter en trois lettres. Comme ils s'évanouissent régulièrement, cela fait moins mal au coeur ... et au porte-monnaie. Mais il faut être quelque peu tolérant car les surprises sont souvent au rendez-vous et il m'arrive plus d'une fois de "gronchonner" en découvrant une fleur pour laquelle je n'aurais pas voulu dépenser un seul kopeck.

 

Ce printemps n'a pas failli à la règle. Par chance, c'était l'année des bonnes surprises. La semaine dernière, trois petits bijoux non prévisibles se sont dévoilés.

 

Ce devait être des allium molly et voici qu'à leur place fleurissent de jolies fritillaria uva vulpis.

La fleur est originale mais d'aucuns ont l'air de fort l'apprécier si j'en juge les feuilles trouées et les tiges grignotées. Pas sûre du coup qu'elle soit très pérenne au jardin cette jolie petite cloche.

 

Ce devaient être des narcisses 'Tête à tête'. J'en voulais encore et encore car je les sais précoces, fidèles et très généreux.

Ce fut d'abord 'Toto'

pluriflore ou non, mais agréablement parfumé

bicolore sans être criard à l'éclosion et blanchissant au fil des jours.

 

puis 'Minnow',

pluriflore lui aussi mais moins odorant

 

Ces deux mini narcisses, déjà plantés par le passé ne se sont malheureusement pas montrés d'une rusticité exceptionnelle ... mais puisque "les hivers ne sont plus ce qu'ils étaient", je vais croire en leur retour au printemps prochain.

 

 

Repost 0

Rechercher