Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 10:04

 

Mmm ... des empreintes de chevreuil dans un massif .... Pas de bon augure, ça. Quelle va être la pauvre plante dégarnie, voire tondue ? 

Ce sera ... le petit lierre en arbre. Dévoré et raccourci. Dommage surtout avec sa vitesse de croissance.

Ce ne sera pas cette année que j'aurai pas le plaisir de le voir tout de rouge vêtu.

 

C'est la première année que je vois du lierre se faire dévorer. Rien d'anormal puisque cette plante fait partie du menu hivernal des chevreuils. Vu la semaine hivernale qui s'annonce, je crains pour mon deuxième sujet.

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Animaux du jardin
commenter cet article
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 09:25

 

Deux ans que je la surveillais comme le lait sur le feu, depuis qu'un beau matin, j'avais vu une tige pointer à 50 cm du pied mère. Une tige en 2014, deux l'an passé et quatre l'été dernier !!! Trop, c'était trop, le spectre de l'envahissement s'est emparé de mon esprit. La belle avait malheureusement scellé son destin.

Pourtant, dieu sait qu'elle m'avait longtemps fait rêver cette belle renouée (persicaria polymorpha) découverte sur un forum canadien. Imposante, opulente, à longue floraison, elle avait tout pour me plaire même si le nom "renouée" m'a toujours un peu crispée.

 

Mal placée au départ et rapidement déplacée, elle a mis quelques années avant de montrer tout son potentiel. Mais elle a eu vite fait de se rattraper pour former un énorme buisson que je contenais depuis trois ans à 1 m2 au sol x 2 m2 en hauteur. Cette grosse masse n'était d'ailleurs pas sans conséquence sur les plantations voisines.

Alors, cet automne, 10 ans après sa plantation, je n'ai pas hésité plus longtemps, j'ai tout arraché et au vu de ce que j'ai trouvé sous terre, je me félicite. Une souche volumineuse comme une moitié de brouette,

des racines grosses comme mon avant-bras,

mais surtout quelques très longs drageons, 1.20 m pour le plus cavaleur.

 

Je sais déjà que sa belle présence me manquera dans ce massif et que je me prive de plusieurs mois d'intérêt. Mais ce sera l'occasion de redonner de l'espace à quelques belles qui menaçaient d'être étouffées.

 

Les trois jeunes divisions disséminées dans le jardin seront, quant à elles, surveillées de très près.

 

Le gros vide laissé par son arrachage n'a, pour le moment, pas encore trouvé de successeur digne à mes yeux. Un ligustrum panaché et très lumineux (lucidum 'Tricolor' ou japonicum 'Texanum Silver Star') me plairait mais il semblerait que leur rusticité soit un peu limite.

 

Edit du 13 janvier : en octobre 2016, le jardinier canadien Larry Hodgson avait publié un article qui m'avait interpellée et qui m'avait confortée dans ma décision. Merci Christine (des Glaces) de me l'avoir retrouvé.

https://jardinierparesseux.com/2016/10/17/la-renouee-polymorphe-peut-elle-etre-envahissante/

 

 

Repost 0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 22:49

 

Bonhomme hiver en a remis une couche cette nuit, une couche de glace par dessus le blanc manteau. Ce matin, la neige craquait sous les pas, les pierres luisaient,

le jardin tout entier était figé dans une carapace de glace

et cela réussissait plutôt joliment aux plumets du cotinus

et à la sauge pourpre

 

 

Repost 0
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 10:04

 

La petite chatte du jardin se joint à moi pour vous souhaiter une année 2017 chargée de belles émotions, de riches découvertes et d'agréables moments.

Que cette nouvelle année vous soit la plus douce possible !

 

 

Repost 0
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 09:09

 

Il n'y a que l'hiver pour m'offrir un tel tableau !

 

Repost 0
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 09:38

 

Le jardin se montre souvent généreux pour qui prend le temps d'observer ... et de fermer les yeux sur les semis vagabonds. Le mien vient une nouvelle fois de me faire cadeau d'une fleur inédite. Une drôle de fleur, tellement peu spectaculaire qu'il m'a fallu un petit moment avant d'être sûre de mon coup.

Elle en a de la chance cette primevère ! Imposante, mal placée, je m'apprêtais à l'arracher quand un je ne sais quoi a stoppé mon geste. Au milieu de la rosette de feuilles vertes se dressait une fleur ... tout aussi verte. Du vert, du vert, rien que du vert !

Pas la moindre petite touche d'une quelconque autre couleur.

Une fleur monochrome, diablement monochrome, tristement monochrome ... mais une fleur cadeau.

A y regarder de plus près, je lui trouve même une vague ressemblance avec 'Francesca' dont l'amie Emmanuelle m'a fait don, la trouvant "très moche" (sic). Elle est loin d'en avoir la fraîcheur printanière mais peut-être en aura-t-elle la très longue floraison.

Alors au lieu de lui faire prendre le chemin du compost, je l'ai transplantée et lui ai même offert une place de choix,

non pas que je la trouve jolie ma petite primeverte, mais parce que j'ai une tendresse particulière pour les bizarreries que m'offre la nature.

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Insolite
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 10:24

 

Cette année, il aura fallu attendre les -6° de la nuit dernière pour voir le bassin pris par les glaces.

Cela n'a pas l'air d'affecter le peuple à nageoires qui continue à batifoler sous la pellicule de glace.

 

Le jardin, quant à lui, accuse le coup.

Les larges feuilles des bergenia se sont recroquevillées,

celles des leucothoe

et de l'énorme laurier du Caucase ont choisi de pendouiller.

pendant que celles du polypodium vulgare se sont artistiquement enroulées sur elles-mêmes offrant un visage tout à fait inédit.

 

Le temps des travaux d'extérieur va laisser place à des tâches plus intérieures, mettant au repos le corps de la jardinière pour quelques mois.

 

Repost 0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 09:58

 

Depuis trois semaines, les berberis thunbergii ont commencé leur transformation automnale, s'embrasant progressivement et enflammant le jardin. Quel dommage que le premier coup de vent automnal de ce week end les ait tous amaigris. Certains, tels 'Rosy Glow' et 'Maria' se sont même entièrement dénudés.

souvenir de 'Rosy Glow'

souvenir de 'Maria'

 

D'autres, en revanche, ont vaillamment résisté et bien que moins feuillus, continuent encore de m'enchanter et de réveiller le jardin de leurs couleurs vives.

'Golden Torch' est celui qui s'en est le moins bien sorti, perdant dans la bataille la moitié de sa parure.

avant

 

après

 

'Orange Rocket' a mieux fait front et son feuillage, de plus en plus flamboyant, se remarque toujours de très loin.

avant

 

après

 

Quant à 'Diabolicum', c'est à peine si les rafales ont eu prise sur lui. Ses couleurs continuent à s'intensifier jour après jour.

avant

 

après

 

Quel dommage de ne pas rencontrer davantage leurs remarquables et longues couleurs automnales dans les jardins ! Ce sont pourtant des arbustes sans souci et offrant taille, port et couleur de feuillage très diversifiés, jamais malades ni grignotés, supportant les coups de sécateur répétés. Et pourtant nombre de jardiniers les boudent sous prétexte qu'ils sont épineux. Certes ... mais ceux qui les fuient, ne sont-ils pas les mêmes que ceux qui se pâment devant les roses, acceptant au passage leurs épineuses branches ?

 

Repost 0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 09:49

 

En cette fin d'automne, entre grisaille, froid et pluie, travailler au jardin devient délicat. Et pourtant le nettoyage du jardin s'impose avant les possibles chutes de neige hivernales. Les feuilles gelées pendouillant lamentablement et les grandes tiges défleuries noircies et couchées à terre rendent la promenade dans le jardin d'une tristesse à pleurer.

 

Mais avec 0° affiché au thermomètre ce lundi, difficile de résister la journée entière. Très rapidement le froid transperce les os et continuer à oeuvrer au jardin devient douloureux puis impossible.

Les premiers à souffrir sont les pieds. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, ils deviennent aussi raides qu'un bout de bois et plus froids qu'un glaçon. Et ce ne sont ni des chaussettes fourrées, ni une paire supplémentaire qui réussissent à les garder au chaud dans les sabots de plastique. Mais ça, c'était avant ... avant que je ne croise Rémi, l'ami bûcheron chaussé de bottillons imperméables et fourrés.

Je sais, on est loin, très loin d'un quelconque esthétisme mais là n'est pas le but. La chaleur dispensée par l'épais fourrage me permet de tenir plusieurs heures sans ressentir le moindre froid.

 

Mon deuxième point faible se situe au niveau des mains. Au bout d'une demi-heure, l'onglée survient et avec elle l'impossibilité de tenir sécateur ou autre outil. Les gants en plastique sont certes parfaits pour travailler dans une terre mouillée mais redoutables pour mes doigts. Au passage, ceux-ci sont les plus résistants et les plus agréables à porter que j'ai trouvés sur le marché.

Les gants fourrés testés sont trop épais et ne me permettent pas de travailler avec finesse. La solution est venue avec la découverte de sous gants en soie, si fins qu'ils s'enfilent aisément sous les gants plastique habituels et n'ajoutent quasiment pas d'épaisseur.

image d'internet

 

Ajoutés à ces must de l'élégance, une écharpe fine et chaude, une polaire et un anorak à boutons qui permet une aisance parfaite, et me voilà déguisée en bibendum mais parée pour une longue séance de jardinage sans agression thermique. Une tasse de thé brûlant de temps en temps pour garder au chaud l'intérieur, en douce et attentive compagnie, et voici une séance de jardinage presque hivernale tout à fait agréable.

 

Et vous, vous avez aussi vos alliés indispensables ?

 

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Trucs et astuces
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 09:58

 

Certes, pas de quoi faire un article ! Et pourtant la précocité de ces quelques flocons mérite d'être soulignée.

 

Repost 0