Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 10:24

 

Cette année, il aura fallu attendre les -6° de la nuit dernière pour voir le bassin pris par les glaces.

Cela n'a pas l'air d'affecter le peuple à nageoires qui continue à batifoler sous la pellicule de glace.

 

Le jardin, quant à lui, accuse le coup.

Les larges feuilles des bergenia se sont recroquevillées,

celles des leucothoe

et de l'énorme laurier du Caucase ont choisi de pendouiller.

pendant que celles du polypodium vulgare se sont artistiquement enroulées sur elles-mêmes offrant un visage tout à fait inédit.

 

Le temps des travaux d'extérieur va laisser place à des tâches plus intérieures, mettant au repos le corps de la jardinière pour quelques mois.

 

23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 09:58

 

Depuis trois semaines, les berberis thunbergii ont commencé leur transformation automnale, s'embrasant progressivement et enflammant le jardin. Quel dommage que le premier coup de vent automnal de ce week end les ait tous amaigris. Certains, tels 'Rosy Glow' et 'Maria' se sont même entièrement dénudés.

souvenir de 'Rosy Glow'

souvenir de 'Maria'

 

D'autres, en revanche, ont vaillamment résisté et bien que moins feuillus, continuent encore de m'enchanter et de réveiller le jardin de leurs couleurs vives.

'Golden Torch' est celui qui s'en est le moins bien sorti, perdant dans la bataille la moitié de sa parure.

avant

 

après

 

'Orange Rocket' a mieux fait front et son feuillage, de plus en plus flamboyant, se remarque toujours de très loin.

avant

 

après

 

Quant à 'Diabolicum', c'est à peine si les rafales ont eu prise sur lui. Ses couleurs continuent à s'intensifier jour après jour.

avant

 

après

 

Quel dommage de ne pas rencontrer davantage leurs remarquables et longues couleurs automnales dans les jardins ! Ce sont pourtant des arbustes sans souci et offrant taille, port et couleur de feuillage très diversifiés, jamais malades ni grignotés, supportant les coups de sécateur répétés. Et pourtant nombre de jardiniers les boudent sous prétexte qu'ils sont épineux. Certes ... mais ceux qui les fuient, ne sont-ils pas les mêmes que ceux qui se pâment devant les roses, acceptant au passage leurs épineuses branches ?

 

17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 09:49

 

En cette fin d'automne, entre grisaille, froid et pluie, travailler au jardin devient délicat. Et pourtant le nettoyage du jardin s'impose avant les possibles chutes de neige hivernales. Les feuilles gelées pendouillant lamentablement et les grandes tiges défleuries noircies et couchées à terre rendent la promenade dans le jardin d'une tristesse à pleurer.

 

Mais avec 0° affiché au thermomètre ce lundi, difficile de résister la journée entière. Très rapidement le froid transperce les os et continuer à oeuvrer au jardin devient douloureux puis impossible.

Les premiers à souffrir sont les pieds. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, ils deviennent aussi raides qu'un bout de bois et plus froids qu'un glaçon. Et ce ne sont ni des chaussettes fourrées, ni une paire supplémentaire qui réussissent à les garder au chaud dans les sabots de plastique. Mais ça, c'était avant ... avant que je ne croise Rémi, l'ami bûcheron chaussé de bottillons imperméables et fourrés.

Je sais, on est loin, très loin d'un quelconque esthétisme mais là n'est pas le but. La chaleur dispensée par l'épais fourrage me permet de tenir plusieurs heures sans ressentir le moindre froid.

 

Mon deuxième point faible se situe au niveau des mains. Au bout d'une demi-heure, l'onglée survient et avec elle l'impossibilité de tenir sécateur ou autre outil. Les gants en plastique sont certes parfaits pour travailler dans une terre mouillée mais redoutables pour mes doigts. Au passage, ceux-ci sont les plus résistants et les plus agréables à porter que j'ai trouvés sur le marché.

Les gants fourrés testés sont trop épais et ne me permettent pas de travailler avec finesse. La solution est venue avec la découverte de sous gants en soie, si fins qu'ils s'enfilent aisément sous les gants plastique habituels et n'ajoutent quasiment pas d'épaisseur.

image d'internet

 

Ajoutés à ces must de l'élégance, une écharpe fine et chaude, une polaire et un anorak à boutons qui permet une aisance parfaite, et me voilà déguisée en bibendum mais parée pour une longue séance de jardinage sans agression thermique. Une tasse de thé brûlant de temps en temps pour garder au chaud l'intérieur, en douce et attentive compagnie, et voici une séance de jardinage presque hivernale tout à fait agréable.

 

Et vous, vous avez aussi vos alliés indispensables ?

 

 

Published by Blandine - dans Trucs et astuces
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 09:58

 

Certes, pas de quoi faire un article ! Et pourtant la précocité de ces quelques flocons mérite d'être soulignée.

 

7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 12:39

 

Cette fois-ci, c'est la fin ...

... la fin du bel automne et de ses couleurs somptueuses. Octobre a été une nouvelle fois très généreux et le jardin s'est embrasé durant trois semaines.

 

Encore tout petit et pourtant totalement à l'ombre, l'acer palmatum 'Inaba Shidare' n'a pas eu son pareil pour réchauffer la partie la plus sombre du jardin.

Malgré sa forte présence, l'imposant berberis thunbergii 'Atropurpurea' n'a pas réussi à éteindre le feu du petit euonymus alatus 'Compactus.

Pour la première fois, le miscanthus sans nom a rivalisé avec le viburnum opulus.

Quant au prunus incisa 'Kojo no Mai', nul ne le contestera -pour le moment- sa toute-puissance.

 

Mais tapis dans l'ombre, de petites merveilles automnales grandissent année après année et risquent de bousculer la suprématie du joli prunus.

 

  cornus kousa, semis de 'Nicole'                                                    cornus florida 'Daybreak'

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                      

hamamelis intermedia 'Arnold Promise'

 

29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 10:09

 

Un petit matin d'automne, accrochées à la pierre moussue au pied de la belle 'Wada', quelques feuilles attirent mon regard, des feuilles diablement prometteuses qui aiguisent immédiatement ma curiosité.

Durant quelques secondes, j'ai cru, j'ai espéré avoir découvert un petit semis de saxifrage. Même couleur, même style de feuille ...

Mais si de loin, mon petit coeur de jardinière a pu battre, de près le doute n'est plus permis. Les tiges et les feuilles poilues de ce joli bébé ne ressemblent en rien à 'Wada'.

Et à tout bien y réfléchir, ma belle saxifrage n'étant même pas plantée à cet endroit l'année dernière, il aurait été pour le moins miraculeux d'en trouver un semis.

En revanche, non loin de là se trouvait une heuchère 'Purple Petticoats' que j'ai déplacée mais dont les graines en dormance continuent à germer trois après.

Et dire que je me voyais déjà à la tête d'une forêt de cette belle 'Wada' ...

 

Published by Blandine - dans Semis et boutures
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 08:51

 

... que tu retournes le tas d'herbe tondue, je te dis bravo, tu en accélères la décomposition ;

... que mr berthille te surprenne à la nuit tombée en train de te régaler des noix à terre, je te dis profites-en, l'année fut faste ;

... que tu te fores profondément la pelouse deci delà, je te dis merci, tu me débarrasses des dizaines de vers blancs présents ;

... mais que tu te mettes à retourner l'herbe comme un vulgaire sanglier, alors là, je dis STOP !

Cela n'est guère esthétique et ne correspond pas à l'idée que je me fais du petit ours au long museau rayé de blanc et de noir de nos campagnes.

 

Published by Blandine - dans Animaux du jardin
commenter cet article
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 11:43

 

Au jardin, ils sont nombreux, volumineux, lumineux et vampirisent le regard.

Mais malgré cette incontestable présence, il est une petite plante qui réussit à tirer la couverture à elle et à se faire remarquer du haut de ses 30 cm.

Il s'agit de 'Wada', une saxifrage fortunei qui fleurit en automne.

En trois ans, le petit godet chétif est devenu une masse imposante. Ses feuilles forment un dome persistant qui n'attire, a priori, ni baveurs ni gluantes.

Dans les rayons du soleil, les feuilles luisent et le rouge de ses tiges s'éclaire jusqu'à en devenir fluo.

Difficile de défninir la couleur de son feuillage. Ni vert, ni brun, ni kaki, ni bronze, il est un subtil mélange de ces teintes et se perçoit différemment selon la luminosité.

De près, les pétales inférieurs de ses fleurs s'allongent et donnent à la floraison ce caractère si particulier.

 

Puisque 'Wada' se montrait accomodante,  deux variétés de plus petite taille ont intégré le jardin.

.

 

Et la semaine dernière à Schoppenwihr, au milieu d'un plateau très richement garni, je suis tombée en admiration sur une anonyme à numéro (1635 - Sous Un Arbre Perché). Un feuillage vert pomme rafraichissant, des fines et longues fleurs rose bonbon, une stature de taille ... LA PER-FEC-TION !

Sa présence surpassait tellement ses congénères qu'elle en a éclipsé les dizaines d'autres sujets pourtant tous aussi beaux les uns que les autres et qu'elle fut la seule à rejoindre mon panier. Regrettable et amère erreur ...

 

Alors, la prochaine fois que vous en croisez une de ces jolies saxifrages, laissez-vous tenter. Ce sont loin d'être des plantes trop délicates et réservées à des jardins bien protégés. Elles résistent aux grands froids (-20° pour les variétés du jardin). En revanche, elles ne supportent pas le paillis qui enserre leur collet et elles détestent être ensevelies sous les feuilles mortes, cela les fait pourrir. Si vous pouvez leur offrir une terre légère, sans calcaire, fraiche et en situation majoritairement ombragée, n'hésitez pas, une longue et tardive floraison vous récompensera.

 

Published by Blandine
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 09:34

 

L'automne est là et c'est la saison où une vivace de taille, qui attendait patiemment son tour, entre en scène. Sa floraison bleue est loin d'être spectaculaire mais ses petites fleurs étranges attirent le regard.

 

De face, je leur trouve un léger air d'orchidée et de viola mêlées.                                

De profil, la fleur se révèle particulière. De longues étamines claires alourdies par des anthères jaunes jaillissent de l'arrière et passent par devant.

 

Dans la variété type, le feuillage vert ne présente rien d'exceptionnel. En revanche chez 'Snow Fairy', il est largement panaché de blanc. Dans un coin un peu sombre, il n'a pas son pareil pour apporter clarté et luminosité.

Un peu moins bleue, la fleur me semble davantage flirter avec le mauve mais elle garde le même côté étrange.

 

Aucun parfum, même léger, ne se dégage des fleurs. Pourtant, le bourdon observé ce matin-là prenait grand plaisir à visiter longuement chaque fleur épanouie.

 

Question feuillage en revanche, que ce soit le vert ou le panaché, il vaut mieux éviter de les froisser car ils ne sentent pas bon, mais alors vraiment pas bon du tout.

 

Mais au fait pourquoi Titeuf ?

Published by Blandine
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 22:16

 

Depuis une quinzaine de jours, les papillons ont envahi le jardin.

Par chance, aucune pyrale du buis à l'horizon, comme dramatiquement dans certaines régions, mais des dizaines et des dizaines de paons du jour. Cela faisait plusieurs années que je n'avais pas vu une telle affluence.

J'avais même planté à nouveau un buddléia, de petite taille cette fois (série 'Buzz'), afin de leur offrir leur gourmandise préférée. Et pourtant, ce n'est pas sur les grappes lavande qu'ils se posent actuellement en masse.

L'heptacodium et sa floraison (faiblement) parfumée semble les attirer bien davantage,

tout comme les asters en début de floraison.

Véritables champions de l'attractivité, les sedums sont bien entendus hors concours.

Alors ?

La star des stars est sans conteste la grande eupatoire (eupatorium maculatum 'Atropurpureum'). Elle agit comme un véritable aimant et les paons du jour s'y posent par dizaines. Ca volète et butine à qui mieux mieux.

On y croise aussi d'autres livrées ainsi qu'un grand nombre de butineuses.

 

Au fait, aviez-vous déjà remarqué comme joli petit paon du jour

peut afficher un regard méchant pour décourager ses prédateurs ?

 

Published by Blandine
commenter cet article

Rechercher