Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 09:45

 

Avec une pluviométrie de 64 l sur treize relevés durant le mois d'août, le jardin a gardé un aspect, ô combien trompeur, d'opulence et de relative fraîcheur. A la différence des années précédentes, malgré quelques épisodes d'intense chaleur, ces nombreuses petites pluies ont fait que l'herbe est restée verte et drue en de nombreux endroits.

Mais semaine après semaine, jour après jour, le sous-sol s'est profondément asséché et la végétation a commencé à le montrer. Les vivaces hautes (phlox, veronicastrum, eupatorium ...)

et les soiffardes (cimicifuga, pulmonaria, hakonechloa, symphytum ... ) ont commencé à tirer la langue.

 

La météo nous promettant orages et pluies, j'ai attendu, attendu. Un matin les hydrangea, à l'exception des paniculata plus tolérants, n'ont plus redressé leur feuillage après la très relative fraicheur nocturne.

Les viornes ont suivi et leur feuillage s'est rapidement recroquevillé.

Je me suis donc résolue à reprendre les arrosages de survie.

 

Avant-hier 13 petits litres sont tombés. C'est un début qui a permis à la végétation de reprendre quelques forces vitales.

Mais en profondeur, la sécheresse continue de sévir et le jardin prend tout doucement un  air automnal bien précocement.

 

Repost 0
25 août 2017 5 25 /08 /août /2017 08:42

 

Mais comment n'ai-je pas vu les feuilles de menyanthes disparaitre les unes après les autres ?

Il aura fallu que certaines feuilles du nénuphar soient à demi englouties pour que je regarde ce qui se passait de plus près.

Je n'ai pas eu à chercher bien longtemps. Quelques déjections de belle taille ont vite trahi les gloutonnes. Et après examen attentif, ce furent 1 ... 2 ... 3 ... 4 ... 5 grosses chenilles vertes qui se sont laissé surprendre, bien cachées au milieu de la jungle aquatique.

Avec une telle population de grosses gourmandes, pas étonnant que le garde-manger se soit effeuillé jour après jour.

 

Une petite recherche de confirmation a conforté mon identification, des chenilles du grand sphinx de la vigne, un papillon nocturne à la curieuse et chatoyante livrée rose et kaki.

Mais pourquoi diable sont-elles venues se perdre au dessus de l'eau alors qu'une énorme vigne court sur le grillage à quelques dizaines de mètres ?

 

Dix jours plus tard, il ne reste plus que deux chenilles, toutes deux vêtues de leur dernier habit. Elles ont encore grandi et affichent 8 bons centimètres sous la toise.

 

Onzième jour d'observation : plus aucune trace des deux goulues ... mais à quelques mètres, sous le gros tilleul, 'Sum and Substance' s'est fait dévorer nuitamment et en toute discrétion la moitié d'une de ses énormes feuilles. QUI a osé ?

Un sphinx du tilleul aurait-il lâchement abandonné quelques-uns de ses enfants ?

 

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Animaux du jardin
commenter cet article
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 23:20

 

Un chaud soleil était présent pour le rendez-vous des "Arts aux Jardins" cette année. Un temps idéal pour flâner dans la fraîcheur des jolis "Jardins de Froide-fontaine" et prendre le temps d'admirer les oeuvres présentées par les artistes.

Matthieu Exposito avait réalisé une installation dans chacun des quatre jardins lorrains ouverts pour la circonstance.

 

Petit tour d'horizon tout à fait subjectif des oeuvres qui m'ont fait vibrer.

Les bronzes d'Adeline Weber-Guibal

alliée ici avec le verrier Pierrot Doremus

 

Les sculptures en fer de Marie-Christine Sohm

 

 

Les oeuvres de verre de Pierrot Doremus

 

 

 

 

 

Indifférentes à toutes ces beautés, les trois poulettes du jardin faisaient elles aussi les stars et se laissaient admirer avec un rien de complaisance.

 

Repost 0
Published by Blandine - dans D'autres lieux
commenter cet article
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 15:29

 

Jamais je n'aurais cru que ces quelques degrés en dessous de zéro (-5°) fassent autant de dégâts.

Inutile d'espérer une quelconque récolte sur les fruitiers déjà en fleurs ; cassis et groseilles pourtant déjà bien formés tombent de jour en jour.

              malus 'Evereste'

 

Les feuilles du styrax, stachyurus, chimonanthus, zenobia, des ginkgos, des cotinus sont grillées en totalité. Même peine pour celles du gros noyer qui étaient toutes noires au petit matin. La jeune glycine, le robinia 'Frisia' et le magnolia sieboldii, tous deux nés de semis naturels il y a 5 ans, font peine à voir.

 

Chez les hydrangea, arborescens, quercifolia et paniculata s'en sortent à peu près bien. En revanche, tous les autres sont gelés (macrophylla, aspera, petiolaris, serrata).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

hydrangea petiolaris                                                         hydrangea 'Yezoensis'

            hydrangea aspera 'Hot Chocolate'

 

Comme très régulièrement, les pieris ont vu leurs jeunes pousses rouges grillées, plus inquiétante est la vilaine couleur brunâtre qu'ils sont en train de prendre.

              'Forest Flame'

 

Les érables du Japon voient leur feuillage et leurs jeunes pousses pendre misérablement.

               acer palmatum 'Atropurpureum'

 

Disporum, rodgersia, dicentra, leucoceptrum, boehmeria, eupatorium, astilbe sont complètement ratatinés au sol et devront tout reprendre à zéro.

               boehmeria biloba

 

Les saxifrages d'automne, tout comme les fougères, les acanthes et les persicaires sont pitoyables et devront reconstituer la plus grande partie de leurs feuilles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

matteucia orientalis                                                           polystichum polyblepharum

              persicaria amplexicaulis

 

Les hostas sont soit avachis au sol, soit translucides.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

'Elegans'                                                                         'June'

            'Spartacus'

 

Selon leur emplacement, hakonechloa et miscanthus ont été préservés ... ou pas.

              hachonechloa macra 'Aureola'

 

Bonne surprise pour les epimedium qui sont bien moins touchés que je ne le craignais ; seul fargesii s'en sort vraiment mal.

              epimedium fargesii

 

Plus préoccupant, quelques tiges de phlox explosent de temps à autre depuis cette funeste nuit.

              phlox paniculata

 

Mais pour ne pas me faire sombrer dans une sinistre morosité, le gel avait abandonné quelques oeuvres éphémères comme maigre lot de consolation.

                                tulipa 'Queen of the Night'

              sedum 'Postman's Pride'

                                tulipa 'Orange Emperor'

 

Repost 0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 11:06

 

J'aime lorsque le printemps me surprend agréablement comme cette année.

A l'automne dernier, comme de coutume, j'ai une nouvelle fois cédé aux sirènes bon marché des bulbes d'un célèbre discounter en trois lettres. Comme ils s'évanouissent régulièrement, cela fait moins mal au coeur ... et au porte-monnaie. Mais il faut être quelque peu tolérant car les surprises sont souvent au rendez-vous et il m'arrive plus d'une fois de "gronchonner" en découvrant une fleur pour laquelle je n'aurais pas voulu dépenser un seul kopeck.

 

Ce printemps n'a pas failli à la règle. Par chance, c'était l'année des bonnes surprises. La semaine dernière, trois petits bijoux non prévisibles se sont dévoilés.

 

Ce devait être des allium molly et voici qu'à leur place fleurissent de jolies fritillaria uva vulpis.

La fleur est originale mais d'aucuns ont l'air de fort l'apprécier si j'en juge les feuilles trouées et les tiges grignotées. Pas sûre du coup qu'elle soit très pérenne au jardin cette jolie petite cloche.

 

Ce devaient être des narcisses 'Tête à tête'. J'en voulais encore et encore car je les sais précoces, fidèles et très généreux.

Ce fut d'abord 'Toto'

pluriflore ou non, mais agréablement parfumé

bicolore sans être criard à l'éclosion et blanchissant au fil des jours.

 

puis 'Minnow',

pluriflore lui aussi mais moins odorant

 

Ces deux mini narcisses, déjà plantés par le passé ne se sont malheureusement pas montrés d'une rusticité exceptionnelle ... mais puisque "les hivers ne sont plus ce qu'ils étaient", je vais croire en leur retour au printemps prochain.

 

 

Repost 0
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 09:33

 

Chaque année, je tends le dos. Combien de crocus seront encore là sur les centaines de bulbes plantés en quinze années de jardinage ? En restera-t-il même encore de quoi se réjouir un peu l'oeil ? Et ce printemps n'a pas failli à la triste règle. Table quasi rase dans les deux tiers du jardin.

 

En revanche, et je ne me l'explique toujours pas, trois massifs restent complètement épargnés. Mieux, d'année en année, les touffes grossissent et s'élargissent. Et c'est un vrai bonheur !

 

Livrée blanche pour ceux du massif pourpre et blanc,

 

 

couleur lavande pour le massif lavande

et habits violets pour le massif bleu et jaune

 

 

Je ne suis d'ailleurs pas la seule à apprécier. Les corolles sont consciencieusement et bruyamment visitées.

 

 

Parfois je rêve au visage qu'offrirait le jardin si aucun bulbe n'avait été mangé. Ce serait une véritable explosion de fleurs.

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Coups de coeur
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 16:14

 

La saison des perce-neige n'est pas encore tout à fait terminée que je sais déjà combien ils vont me manquer. C'est incroyable la place qu'ont pris ces petites gouttes blanches dans ma vie de jardinière depuis quelques années. Et pourtant, même si j'apprécie grandement leur diversité, je ne me considère pas comme une "galanthophile", me satisfaisant de découvertes, d'échanges ou de cadeaux pour diversifier leurs blanches (et vertes) fleurs. Sur tous ces points, j'avoue que j'ai été et suis vraiment gâtée.

 

Ce que j'aime par dessus tout, c'est composer de petites scènes hivernales qui ponctuent le jardin de leur joyeuses corolles.

 

 

 

 

Parfois, Dame Nature en personne compose pour moi et m'offre de réjouissantes surprises.

 

Cette année, grâce à une opportunité offerte, un projet qui me tenait à coeur a pu être finalisé. Et c'est ainsi que de très sombre, un petit sentier s'est vu éclairé par des centaines de gouttes laiteuses et que l'allée du tilleul s'est transformée en allée blanche.

 

 

 

Comme j'ai hâte d'être en février prochain !

 

Repost 0
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 22:00

 

Oh bien sûr, pas les callunes alsaciennes aux couleurs de l'arc en ciel que je n'apprécie pas du tout mais celles dont le feuillage coloré est 100 % naturel et sans aucune intervention humaine. Deux spécimens hauts en couleurs sont au jardin depuis plusieurs années.

 

Il y a la jaune, 'Beoley Gold' dont la couleur est renforcée durant l'hiver

 

 

 

Et puis il y a la flamboyante 'Rêve Orange' qui attend les grands froids pour s'enflammer. Habituellement plus orangée, elle a choisi cette année de virer à un rouge cramoisi qui est loin de passer inaperçu dans un jardin pauvre en couleurs.

 

 

 

Hier, j'ai profité du premier bel après-midi de jardinage pour marcotter quelques branches. Si toutes réussissent, dans trois ans, le jardin hivernal sera un gigantesque brasier.

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Coups de coeur
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 14:32

 

Doucement mais sûrement le blanc s'est effacé au profit du vert.

Je ne m'en plaindrai pas car après plus de trois semaines, le tapis blanc n'avait plus rien d'immaculé. Entre les merles qui se sont "lâchés" sans vergogne sur leur aire de nourrissage

et les mésanges qui n'ont même pas pris la peine de ramasser leurs coques de tournesol,

le sol blanc était devenu très souillé et vraiment peu engageant.

 

Moussues ou non, les bordures de pierres roses ont été les premières à réapparaitre et à redessiner les allées du jardin.

Goutte à goutte, les décorations éphémères de glace ont fondu et sont rangées au rayon des jolis souvenirs.

 

Mais au milieu de cette blancheur en partance, une autre apparaît, illustrant à merveille son nom et porteuse d'espoirs attendus.

 

 

Repost 0
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 08:33

 

Puisque le thermomètre ne monte pas au dessus de 0° depuis quelques jours, autant en profiter. Sans dégel aucun,  c'était l'occasion rêvée de mettre en oeuvre une petite bidouille qui  attendait dans un coin de mon cerveau.

Rien de bien compliqué, il suffit juste de quelques moules en silicone, d'attaches en fil de fer, d'eau ... et de températures glaciales durant quelques heures.

Sur une surface horizontale, on positionne une attache dans chaque moule, on verse l'eau et le froid travaille pour nous. Il est utile de vérifier de temps en temps si l'attache ne s'est pas déplacée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il suffit alors de les démouler et de les accrocher aux branches d'arbres pour un décor certes éphémère ...

 

... mais diablement étincelant lorsqu'un rayon de soleil les effleure.

 

Repost 0

Rechercher