Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 11:03

 

Un deuxième tableau hivernal. Les ingrédients restent les mêmes, seules leurs déclinaisons changent. Des perce-neige, une graminée et quelques fougères persistantes.

 

Les perce-neige (galanthus nivalis), toujours de saison même s'ils commencent à donner quelques signes de fatigue après bourrasques tempétueuses et litres d'eau.

 

Un carex oshimensis 'Everest, très fin et super lumineux dans la grisaille ambiante. Pas agressif pour deux sous, il se développe à petits pas, lentement mais sûrement.

 

Encore peu développé, un asplenium scolopendrium 'Cristatum' au feuillage très particulier.

 

Au tout premier plan, une fougère indigène qui se plait à pousser sur les rochers de nos forêts, polypodium vulgare ou réglisse des bois. Pour le moment, son côté traçant ne me pose aucun souci mais je le surveille.

 

Une autre scolopendre (asplenium scolopendrium). C'est le premier semis naturel qui a germé au jardin, entre deux pierres de bordure.

 

A l'arrière, un pied de fougère-houx (cyrtomium falcatum) à l'imposant feuillage persistant. Un peu aplati à cause de l'épisode neigeux récent, il est bien plus érigé à la belle saison.

 

Tout ce petit monde pousse et grandit entre les racines du gros tillleul avec pour seule nourriture l'épaisse couche des ses feuilles mortes.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
J'adore toutes ces petites compositions d'hiver. L'intérêt des perce neige, c'est qu'en se ressemant un peu partout, de nouvelles associations naissent tous les ans.Ta fougère houx persistante me tente beaucoup.Il faut que je vérifie ces conditions de culture.J'adore aussi les scolopendres mais pas encore de semis naturels. Belle fin de semaine
Répondre
B
Anne-Marie d'Ecoute s'il pleut la donne pour très accommodante sur son site. Celles que j'ai au jardin ont supporté bien plus froid qu'annoncé (-20°) dans ma terre drainante.<br /> Maintenant qu'on en trouve parfois même en jardinerie au prix d'un godet de vivace, tu ne risques pas grand chose à essayer.
Z
Très réussi aussi, Dame Belette! ;o)<br /> Dis-moi, à propos des scolopendres... J'ai moi aussi une 'cristatum', que j'adore, et qui commence à avoir ne belle taille. <br /> Tu me connais : ça me démange d'essayer de la diviser pour en replanter un ou deux éclats aux alentours, histoire de la rendre mieux visible (elle est un peu cachée par un Euonymus alatus, juste devant elle). J'ai lu sur le net que c'était possible, mais je n'ose pas...As-tu déjà tenté l'opération?<br /> Bises pleines d'espoir!
Répondre
B
Rhooo, tu me connais, c'est trop tentant ... Je sortirais la touffe en totalité, je zyeuterais bien, je prendrais un couteau qui tranche bien, je choisirais la rosette la plus éloignée, j'hésiterais encore un peu et .. je couperais en essayant de blesser le moins possible la plante mère. Puis je mettrais l'éclat en godet dans un substrat assez léger et direction une place ombragée. Tu auras peut-être même la bonne surprise de voir que la racine s'est ramifiée à chaque rosette, te facilitant ainsi le détachage.<br /> C'est ainsi que je procède pour 'Rozanne'. Les éclats que je prélève ont rarement de radicelle. Je pense que le secret des boutures de 'Rozanne' réside dans l'arrosage très suivi l'été qui suit la division.
Z
Je vais te la montrer, tu me diras ton avis. Déjà, la voilà en totalité:<br /> http://i84.servimg.com/u/f84/11/80/17/15/asplen10.jpg<br /> Tu la vois?<br /> Pour y voir plus clair, j'ai dégagé les feuilles mortes qui encombraient mes lunettes...<br /> Au cœur, il y a, au total, pas moins de 5 "rosettes" comme ces deux-là...<br /> http://i84.servimg.com/u/f84/11/80/17/15/asplen11.jpg<br /> Certaines sont plus petites, mais nettement séparées, comme ici sur la droite:<br /> http://i84.servimg.com/u/f84/11/80/17/15/asplen12.jpg<br /> D'où mes démangeaisons...<br /> Tu en penses quoi, toi? <br /> Couperé-je, ou ne couperé-je point???? ;o)
B
Bin oui, tu me connais :-). A mon souvenir, ce n'était pas easy papy et je me souviens avoir eu pas mal de pertes parmi les petits éclats que j'avais faits. Il me semble que la partie souterraine est une espèce de grosse racine unique, dure et peu racinée. Perso, je ne sais pas si je tenterais mais si je le faisais, j'attendrais que mon pied soit très très gros et je trancherais en deux la motte. Demande peut-être à Anne-Marie lorsque tu la croiseras sur une fête des plantes.
A
Des galanthus en charmante compagnie.<br /> J'aime beaucoup l'association des galanthus avec le carex oshimensis 'Everest'.<br /> Tu as de bien jolies fougères.<br /> Bises.
Répondre
B
Armelle, toutes les petites graminées persistantes du jardin viennent de jardineries voire de grandes surfaces. A l'automne, il y a beaucoup de choix de petites plantes pas chères du tout. Je suis sûre que par chez toi, vu les potées à tomber que l'on voit en Alsace, tu peux dénicher des p'tites merveilles. Tu ajoutes quelques bulbes de petites bulbeuses, un petit lierre et tu te fais une jolie scène pour trois francs six sous.
M
j'adore ces ensembles très harmonieux et naturels !
Répondre
B
Merci michèle
L
Tu as une belle collection de fougères ! J'ai planté au jardin le printemps dernier trois exemplaires de ce carex. Effectivement, ils poussent très lentement.
Répondre
B
Et je ne vous ai pas encore montré les dernières fougères arrivées au jardin. Ce sont des plantes que j'aime beaucoup.
G
J'aime ce côté des plantes qui se sentent bien ensemble! Des associations comme la nature aurait-pu les faire. J'aime!
Répondre
B
La "difficulté" est de ne pas introduire une plante bulldozer ou de ne pas oublier de la contrôler chaque année.
M
Intéressantes tes compos décompos, ton carex est vraiment très fin et joli et la scolopendre à triple tête toute amusante...<br /> Bises
Répondre
B
Le carex a mis quelques années à s'imposer. Je l'avais acheté tout petit pour quasiment rien du tout en automne au moment où les jardineries proposent tout un tas de petites plantes persistantes pour les potées. La scolopendre commence à se trouver un peu partout maintenant.