Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2020 5 09 /10 /octobre /2020 10:29

 

Une nouvelle fois, l'été sec et très chaud n'a guère été tendre avec les floraisons estivales. Les très nombreux phlox ont vite fané me privant de leur générosité et de leur parfum. Pire, dans la foulée, les feuillages sont devenus très laids donnant une impression de négligé aux massifs.

Hormis les paniculata, tous les hydrangea avaient gelé au printemps. Pas de fleurs à attendre donc de ce côté-là.

Les hémérocalles ont été un peu moins florifères que les années précédentes. La faute incomberait-elle à une terre qui commence à s'appauvrir ?

Bref, les satisfactions n'ayant pas été vraiment au rendez-vous, j'ai été en désamour avec mon jardin et l'ai boudé durant quelques semaines, assurant juste le minimum syndical.

 

Et puis, mi-septembre, les pluies tant attendues sont arrivées et ce fut le coup de baguette magique qui a réveillé le jardin de sa torpeur. Les asters ont coloré de leurs couleurs vives les massifs et le charme a  à nouveau opéré.

 

 

 

 

 

 

 

A l'heure des plantations, déplantations et transplantations, il était grand temps que l'envie de jardiner revienne.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
Quelles magnifiques photos! On a envie de s'y promener dans ce jardin. En tout cas, c'est bien la preuve que l'automne ne marque pas la fin de la saison de jardinage. Au contraire, c'est une explosion de couleurs.
Merci pour cet encouragement à ne pas abandonner.
Amicalement
Valérie
Répondre
B
Aucune saison ne marque l'arrêt total de la vie au jardin. En hiver, les erica et les perce-neige donnent de la fleur ; les arbustes à baies et à écorces, de la couleur ; les graminées, du mouvement ... Avec une palette végétale variée, le jardinier a de quoi se faire plaisir toute l'année.
L
Désamour ? Non, je penche plutôt pour le découragement. Je suis passée par là moi aussi. Mais ton jardin est magnifique, en dépit de quelques déceptions. Il est tellement varié, il présente de telles harmonies de lignes et de couleurs, c'est une vraie splendeur ! Bel automne ! Danielle
Répondre
B
Tu as raison, il y aussi du découragement devant ces étés cassants à répétition. Tu arroses les plantations printanières le soir et le lendemain matin, tu les retrouves bouleversées, voire boulottées.
Mais c'est vrai aussi que le jardin tout comme la jardinière sont capables de résilience et il suffit de voir les premiers signes de l'embrasement automnal pour retomber en amour.
C
Les pluies ont cet avantage qu'elles peuvent faire changer la physionomie d'un jardin en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire
En tout cas il est magnifique ton jardin
bises
Répondre
B
Sans les pluies des dernières semaines, le jardin d'automne n'aurait pas eu la même générosité mais elles sont arrivées un peu trop tardivement pour certaines floraisons. De plus elles ont couché beaucoup de vivaces et les massifs sont assez échevelés. En tout cas, elles me redonnent la pêche pour travailler dans la terre. Bises à toi
G
Re-PS : il est bien beau ton jardin, à l'automne...
Répondre
B
Merci :-)
G
PS : bonne fin de week-end ! Bises
Répondre
B
Bises à toi Gisou
G
Coucou Dame Berthille, comment allez-vous ?
Même problème chez moi, le jardin était nickel jusque début juillet, ensuite ça a cramé. Et à ce jour, même avec les pluies d'automne, il n'a pas revêtu sa belle parure. Avec les canicules successives, je peux définitivement oublier les phlox qui, d'ailleurs, n'ont jamais été au meilleur de leur forme chez moi. Certains géraniums vivaces se font la malle également, même les asters sont tristounets et n'ont plus l'opulence d'il y a quelques années. Alors j'ai paillé abondamment, une bonne dizaine de sacs de paillis de miscanthus achetés chez le pépiniériste du coin. Certaines plantes apprécient, comme les heuchères qui sont remise en selle de ce fait, alors que d'habitude elles ont la manie de se déchausser, et puis d'autres n'apprécient pas du tout. J'aurais du laisser une cuvette au pied de chacune, pour qu'elles puissent respirer au lieu de pourrir du collet une fois les pluies revenues... Rien n'est simple. J'en reviens à mon réflexe de mes débuts, ne garder que ce qui pousse et abandonner le reste au lieu de m'échiner à essayer de maintenir en vie des trucs qui, tôt ou tard, disparaitront. 50 % de ce que j'ai planté en début de saison a mourru... Et comme toi, j'ai l'impression que la terre s'appauvrit. A Schoppenwihr le week-end dernier, Armelle et moi avons discuté avec un pépiniériste bas-chinois bien sympathique et bien connu sur FB, qui disait que "tout ce que tu prends au jardin, il faut le lui rendre". C'est à dire que tous les déchets de taille et de nettoyage, il faut les couper (même au sécateur au moment ou tu le fais) ou les broyer et les utiliser pour pailler et refertiliser la terre... Ça prend du temps certes, mais j'ai mis le concept en pratique aussitôt. Plus rien ne part à la déchetterie parce-que je n'ai pas envie de m'emmerder...
Répondre
B
Chez toi, la météo a été encore plus cassante qu'ici dans mon environnement tempéré nuitamment par les forêts.
Cela fait plusieurs années que je rends au sol ce qu'il me donne en "sécatant ou broyant les tailles des vivaces et en les épandant au sol à l'automne. Vu la surface du jardin, je n'en ai jamais assez. Pour certaines plus gourmandes (hémérocalles, phlox, rosiers ...), cela ne suffit visiblement pas. Je vais devoir apporter un apport supplémentaire.
D
'espère bien Blandine, que l'envie te soit revenue ! C'est joli comme tout ! Allons, allons, comptons sur la "résilience" des plantes (un mot à la mode, mais juste je crois). Et puis l'automne ce sont les fruits (les fusains cette année pétillent...), les feuillages chatoyants , (plus tardifs à se colorer, c'est étonnant, après cette sécheresse estivale..), les effets de lumière en transparence etc, etc... Bon dimanche Blandine,
Répondre
D
J'espère bien Blandine, que l'envie te soit revenue ! C'est joli comme tout ! Allons, allons, comptons sur la "résilience" des plantes (un mot à la mode, mais juste je crois). Et puis l'automne ce sont les fruits (les fusains cette année pétillent...), les feuillages chatoyants , (plus tardifs à se colorer, c'est étonnant, après cette sécheresse estivale..), les effets de lumière en transparence etc, etc... Bon dimanche Blandine,
Répondre
B
Le désamour ne dure jamais trop longtemps mais c'est sa répétition à la même saison qui questionne. Moi qui aime les feuillages des forêts humides japonaises, je sais qu'il me faut dorénavant les admirer sur les étals mais les laisser pour les autres. Le jardinage ne doit pas être un combat. Il y a tant de plantes qui se satisfont des conditions qu'on peut leur offrir.
C
Rien n'a été pareil cette année, un printemps ultra sec. Je lâche prise depuis quelques temps et prends les choses comme elles viennent. Je me renseigne sur la permaculture et me suis mise à pailler partout avec les déchets de taille et à observer beaucoup plus les petits détails et à me réjouir de ce qui pousse tout seul et tant pis pour ceux qui ont plus de mal... En tout cas tes massifs sont magnifiques cet automne, profites-en bien !
Répondre
B
Les déchets de taille sont tous redonnés au jardin mais lorsque la surface est importante, cela ne suffit pas.
Le jardin devant rester un plaisir, il est ors de question que je me sente esclave. A moi de trouver les plantes adaptées et de revoir certaines plantations qui fonctionnaient très bien auparavant mais qui ont beaucoup plus de mal maintenant.
M
J"ai vécu le même syndrome d'inertie et de découragement que toi .Et je pense que nous sommes nombreux (ses) à l'avoir eu .Le retour des pluies est quand même déclencheur de dynamisme et de renouveau .Sui tes paniculatas ont tenu , tant mieux ! C'est déjà ça ! Tu as aussi des quercifolias ? Car je les trouve assez rustiques également . Les hémérocalles ont manqué d'eau chez nous et ont très peu fleuris . De tres jolies scènes automnales dans ton jardin qui redonnent le moral. Bonne soirée Blandine.
Répondre
B
Pour le moment, les paniculata tiennent le coup et je croise les doigts pour qu'ils continuent car sans eux, le jardin serait vraiment triste. Hormis 'Snowflake' qui fleurit bien, les deux autres quercifolia sont encore un peu jeunots pour m'éblouir. Je compte sur eux dans les prochaines années ;-).
M
Magnifique! Ici, malheureusement, à part les sedums, peu de floraisons, la plupart des vivaces ont séché sur pied, et, mis à part les panicum, même les graminées font triste figure. Heureusement que cet été, le potager a été généreux (lui a eu droit à quelques arrosages...)
Répondre
B
En étant entouré de forêts, le jardin a la chance d'avoir des nuits plus fraiches et plus "humides" qui lui donnent quelques heures de répit. Cela doit être la différence avec le tien.
F
Que de fleurs en cette période! Il a chez moi des fleurs qui pointent habituellement le bout de leur nez en août qui éclosent seulement. Je suis dans le même état d'esprit que toi! Après avoir un peu boudé le jardin, j'y fait mon retour.
Répondre
B
Les asters ont été un peu plus tardifs cette année chez moi aussi. Certains ne sont même pas encore épanouis et cela fait deux nuits qu'on frôle la gelée :-/.