Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 08:51

 

... que tu retournes le tas d'herbe tondue, je te dis bravo, tu en accélères la décomposition ;

... que mr berthille te surprenne à la nuit tombée en train de te régaler des noix à terre, je te dis profites-en, l'année fut faste ;

... que tu te fores profondément la pelouse deci delà, je te dis merci, tu me débarrasses des dizaines de vers blancs présents ;

... mais que tu te mettes à retourner l'herbe comme un vulgaire sanglier, alors là, je dis STOP !

Cela n'est guère esthétique et ne correspond pas à l'idée que je me fais du petit ours au long museau rayé de blanc et de noir de nos campagnes.

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Animaux du jardin
commenter cet article
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 11:43

 

Au jardin, ils sont nombreux, volumineux, lumineux et vampirisent le regard.

Mais malgré cette incontestable présence, il est une petite plante qui réussit à tirer la couverture à elle et à se faire remarquer du haut de ses 30 cm.

Il s'agit de 'Wada', une saxifrage fortunei qui fleurit en automne.

En trois ans, le petit godet chétif est devenu une masse imposante. Ses feuilles forment un dome persistant qui n'attire, a priori, ni baveurs ni gluantes.

Dans les rayons du soleil, les feuilles luisent et le rouge de ses tiges s'éclaire jusqu'à en devenir fluo.

Difficile de défninir la couleur de son feuillage. Ni vert, ni brun, ni kaki, ni bronze, il est un subtil mélange de ces teintes et se perçoit différemment selon la luminosité.

De près, les pétales inférieurs de ses fleurs s'allongent et donnent à la floraison ce caractère si particulier.

 

Puisque 'Wada' se montrait accomodante,  deux variétés de plus petite taille ont intégré le jardin.

.

 

Et la semaine dernière à Schoppenwihr, au milieu d'un plateau très richement garni, je suis tombée en admiration sur une anonyme à numéro (1635 - Sous Un Arbre Perché). Un feuillage vert pomme rafraichissant, des fines et longues fleurs rose bonbon, une stature de taille ... LA PER-FEC-TION !

Sa présence surpassait tellement ses congénères qu'elle en a éclipsé les dizaines d'autres sujets pourtant tous aussi beaux les uns que les autres et qu'elle fut la seule à rejoindre mon panier. Regrettable et amère erreur ...

 

Alors, la prochaine fois que vous en croisez une de ces jolies saxifrages, laissez-vous tenter. Ce sont loin d'être des plantes trop délicates et réservées à des jardins bien protégés. Elles résistent aux grands froids (-20° pour les variétés du jardin). En revanche, elles ne supportent pas le paillis qui enserre leur collet et elles détestent être ensevelies sous les feuilles mortes, cela les fait pourrir. Si vous pouvez leur offrir une terre légère, sans calcaire, fraiche et en situation majoritairement ombragée, n'hésitez pas, une longue et tardive floraison vous récompensera.

 

Repost 0
Published by Blandine
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 09:34

 

L'automne est là et c'est la saison où une vivace de taille, qui attendait patiemment son tour, entre en scène. Sa floraison bleue est loin d'être spectaculaire mais ses petites fleurs étranges attirent le regard.

 

De face, je leur trouve un léger air d'orchidée et de viola mêlées.                                

De profil, la fleur se révèle particulière. De longues étamines claires alourdies par des anthères jaunes jaillissent de l'arrière et passent par devant.

 

Dans la variété type, le feuillage vert ne présente rien d'exceptionnel. En revanche chez 'Snow Fairy', il est largement panaché de blanc. Dans un coin un peu sombre, il n'a pas son pareil pour apporter clarté et luminosité.

Un peu moins bleue, la fleur me semble davantage flirter avec le mauve mais elle garde le même côté étrange.

 

Aucun parfum, même léger, ne se dégage des fleurs. Pourtant, le bourdon observé ce matin-là prenait grand plaisir à visiter longuement chaque fleur épanouie.

 

Question feuillage en revanche, que ce soit le vert ou le panaché, il vaut mieux éviter de les froisser car ils ne sentent pas bon, mais alors vraiment pas bon du tout.

 

Mais au fait pourquoi Titeuf ?

Repost 0
Published by Blandine
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 22:16

 

Depuis une quinzaine de jours, les papillons ont envahi le jardin.

Par chance, aucune pyrale du buis à l'horizon, comme dramatiquement dans certaines régions, mais des dizaines et des dizaines de paons du jour. Cela faisait plusieurs années que je n'avais pas vu une telle affluence.

J'avais même planté à nouveau un buddléia, de petite taille cette fois (série 'Buzz'), afin de leur offrir leur gourmandise préférée. Et pourtant, ce n'est pas sur les grappes lavande qu'ils se posent actuellement en masse.

L'heptacodium et sa floraison (faiblement) parfumée semble les attirer bien davantage,

tout comme les asters en début de floraison.

Véritables champions de l'attractivité, les sedums sont bien entendus hors concours.

Alors ?

La star des stars est sans conteste la grande eupatoire (eupatorium maculatum 'Atropurpureum'). Elle agit comme un véritable aimant et les paons du jour s'y posent par dizaines. Ca volète et butine à qui mieux mieux.

On y croise aussi d'autres livrées ainsi qu'un grand nombre de butineuses.

 

Au fait, aviez-vous déjà remarqué comme joli petit paon du jour

peut afficher un regard méchant pour décourager ses prédateurs ?

 

Repost 0
Published by Blandine
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 11:29

 

Il est des plantes capricieuses, très capricieuses même. Il y a quelques années, séduite par la floraison d'une belle ombellifère en couverture d'un livre "oudolfien", je m'étais mise à sa recherche.

On ne peut pas dire que la belle m'ait remerciée de l'avoir longuement et patiemment recherchée. Première année : 2 très jolies feuilles ; deuxième année ; 2 feuilles, toujours aussi jolies ; troisième année : 4 feuilles, on progresse ; quatrième année : 6 feuilles ... c'est la fête !!!

Mais de fleurs, toujours point. Pourtant la belle aurait pu (dû) fleurir dès la deuxième année de sa plantation.

 

Quelque peu agacée par cette longue attente, j'ai fini par en prendre mon parti.

Mais ce printemps, un petit pot a à nouveau croisé mon chemin et je me suis laissée séduire une nouvelle fois. Bien m'en a pris car je n'ai pas été déçue, loin de là ! Un feuillage opulent, des fleurs en nombre, une vigueur incroyable et tout ça, même pas six mois après sa plantation !

 

Le feuillage d'abord. Très fin, d'un joli vert lumineux, supportant aisément la comparaison avec les plus jolies fougères.

Des tiges solides d'une jolie couleur violacée

s'élançant à 1.50 m.

Quant aux fleurs, ce sont de grosses (0.20 cm environ) ombelles arrondies, bien blanches et à la jolie géométrie. Plutôt tardives (mi-août), elles ont le bon goût d'arriver à un moment où le jardin estival s'essouffle..

Se côtoient fleurs en cours de fanaison, 

fleurs en cours de floraison et fleurs en boutons. Ce joyeux mélange forme actuellement un bouquet blanc de dix fleurs.

En revanche, petite déception car elles ne sont guère visitées. Seuls quelques insectes s'y posent de temps en temps mais je n'y ai vu aucun papillon, pourtant très nombreux cette année.

 

Et lorsque je vois certaines feuilles commencer à virer au doré, je me dis que mon beau selinum wallichianum me réserve peut-être encore de jolis moments.

 

Repost 0
Published by Blandine
commenter cet article
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 10:39

 

Je ne sais pas si c'est le printemps très arrosé et/ou l'été sans grandes chaleurs qui leur ont été profitables mais toujours est-il que cette année les monardes sont très en beauté. Elles commencent même à montrer leur caractère (trop ?) volontaire ...

... et à concurrencer, pour la première fois, les phlox pourtant très présents en ce moment.

 

Il y a la claire 'Croftway Pink'

'Aquarius' aux bractées foncées

'Scorpion' ...

'Kardinal' ...

... et 'Blaustrumpf' dont je peine parfois à différencier les subtiles différences

'Violet Queen' que sa douce pilosité met à l'abri de l'oïdium

 

'Schneewitchen' la blanche, pourtant plantée à plusieurs reprises, a décidé de bouder le jardin. Ma foi, puisque tel est son choix, je m'incline et me résouds à le respecter.

 

Comme j'aime prolonger le spectacle en conservant leurs inflorescences fanées, je découvre année après année de solides semis. Cette année, quelques graines envolées et germées côte à côte ont donné naissance à trois bébés bien différents.

Celui-ci ira fleurir un autre jardin,

celui-ci, très branchu, sera placé en observation

et celui-ci, à la couleur très vive et inédite au jardin, se verra octroyé une place de choix.

 

Très mellifères, elles sont assidûment visitées. Ca volète et ça bourdonne et chaque passage à proximité soulève une envolée de papillons et d'abeilles et de bourdons.

... ce qui me promet peut-être encore une jolie et inédite découverte dans les années à venir.

 

Repost 0
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 10:04

 

"Pfff, toujours rien à manger ici, la tenancière n'assume vraiment pas.

 

Et dans celle celle du dessus ?

Pas facile c't'histoire. Un, deux, trois ... j'y suis !

Rien non plus, je n'ai vraiment pas de chance.

 

Pas mal du tout, la vue d'ici !

 

Oups, je n'avais pas pensé à la redescente. Risquée ...

... mais faisable.

 

Zut, elle m'a vue ! Mes exploits vont à nouveau faire la une"

 

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Frimousse
commenter cet article
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 10:04

 

Hier matin, pressée, je saisis à pleines et mains nues un tas d'herbes arrachées la veille ... et les relâche aussitôt. Aïe, ouille mais qu'est-ce qui m'a "piquée" comme ça ?

Après inspection, pas d'épineux, pas d'orties, pas d'abeille ; rien de particulier sauf un gros carabe dérangé. Et si ...

 

Et oui ! Renseignements pris, c'est bien lui le fautif. Il m'a mordue ! Et jusqu'au sang même ; petite la goutte de sang, je vous rassure. Je peux m'estimer chanceuse car outre la morsure, ce gros insecte (4 cm) projete également de l'acide formique par ses glandes anales en visant de préférence les yeux.

Je le saurai maintenant, monsieur (mais madame aurait agi de même) n'a pas aimé être dérangé.

 

Sinon, à part cela, c'est un insecte bien sous tout rapport que tout jardinier se devrait de protéger dans son jardin. Carnassier, il se nourrit pendant la nuit de chenilles, limaces, escargots, larves d'insectes, taupins ...

Une vieille souche, une planche au frais, un tas de feuilles sèches lui permettront de se trouver un abri diurne obscur très apprécié.

 

Au final, ma mésaventure a eu du bon, j'ai découvert un nouvel allié anti-limaces que je ne soupçonnais pas et que je regarderai d'un oeil plus bienveillant ... mais que je m'aviserai surtout plus de bousculer.

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Animaux du jardin
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 10:37

 

Cela faisait quelques années que je regardais de travers le vieux cognassier du Japon. Une masse énorme, sournoisement et méchamment piquante et dont la floraison précoce souffrait bien trop souvent des gelées tardives.

 

Certes les années fastes, le coup d'oeil était au rendez-vous. Mais pour trois petites semaines de plaisir, je supportais ses désagréments et son peu d'intérêt tout le reste du temps.

 

D'année en année, je reculais le moment de m'y attaquer me doutant bien (?) de l'ampleur de la tâche. Et puis le jour est venu où j'ai rassemblé tout mon courage pour attaquer le chantier. Taille, broyage, épandage ... Un volume !!! Mais ce fut de loin le plus facile.

La suite fut une véritable épreuve de force. Hache, coupe-branches, sécateur, louchet, gouje ... tout fut bon pour venir à bout de la bête. Il m'a quand même fallu les bras forts de l'homme du jardin pour les derniers coups de louchet ainsi que pour sortir du trou l'énorme entrelacs de racines.

 

Pour réussir à ôter le maximum de racines, car je sais le monstre dur à cuire et produisant de nombreux rejets, j'ai creusé un trou si gros (2.00 x 1.50 m) et profond (0.80 m) qu'il aurait pu contenir un nouveau bassin.... ce que d'ailleurs on n'a pas manqué de me faire remarquer avec insistance.

 

Avant

Après

 

Et après après ?

 

Repost 0
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 23:29

 

Même sableuse, la terre se gorge, s'engorge et regorge.

 

750 l au m2 sont tombés sur le jardin depuis le début de l'année, dont 115 depuis le début de ce mois. Ca peut peut-être suffire, non ?

 

Repost 0