Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 09:03

                                                             lunaria annua
Repost 0
Published by Blandine - dans Photo du mois
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 10:08

   - Multiplier les chrysanthèmes en faisant des boutures couchées :
Couper des branches dures comme du bois et les coucher à plat sur du sable. Les recouvrir de 5 cm de sable et stocker les pots à l'abri du gel. Au printemps, les boutures seront enracinées.

   - Nettoyer et rentrer les décorations gélives.

   - Rabattre les verveines de Buenos Aires et protéger leur souche des grands froids.

   - Couper à ras le feuillage des hostas. Laissés au sol, feuilles et pétioles servent de nourriture aux gastéropodes.

   - Abriter de la pluie les primevères auricules.

- Marcotter les cotinus. Coucher une branche basse de l'année dans une petite tranchée amendée de terre meuble. Maintenir au sol par un crochet, recouvrir d'un mélange de terre + sable puis arroser.
Une branche peut donner naissance à plusieurs sujets.

   - Planter les dernières vivaces en début de mois. Mises en terre plus tardivement, elles n'auront pas le temps de bien s'implanter avant l'hiver.

- Surveiller la fructification des cyclamens vivaces et récolter les graines avant que les fourmis, qui les adorent, ne s'en chargent.

   - Commencer le paillage des vivace les plus frileuses. La fougère sèche est une excellente protection.


Repost 0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 08:47

Fin octobre : les floraisons sont de moins en moins nombreuses. Restent encore l'aster pringlei 'Monte Cassino', l'aster vimineus et la boltonia asteroides 'Snow Bank'. L'aster ageratoides 'Ashvi' ayant gelé, j'ai dû le rabattre. Cela m'a fait mal au ventre car il était couvert de boutons et m'aurait offert une magnifique floraison.

Beaucoup de changements ont déjà été opérés dans ce massif ce mois, le plus spectaculaire étant l'abattage du cerisier improductif. Le tronc, coupé à 1 m du sol, servira de support à mangeoire dès cet hiver. J'aimerais le remplacer par un pommier d'ornement à feuillage pourpre et à fruits foncés ('Coccinella' par exemple).

La grosse touffe de pennisetum 'Blackboy' a été divisée et déplacée. Elle s'écartait de plus en plus et écrasait ses voisines. Le berberis thunbergii 'Rosy Glow' a pris sa place et apporte une touche de couleur dans ce coin un peu trop vert.
Le gros miscanthus sinensis 'Zebrinus' a été déplacé, ses taches blanc jaunâtre faisaient sale au milieu des floraisons blanches.
Le petit pied de miscanthus sinensis 'Variegata' a été coupé en deux. Je n'ai bien évidemment pas pu attendre qu'il soit plus étoffé. Mais cette fois, j'ai pu avoir plus de racines et la division est réussie !

J'ai ajouté quelques heuchères pourpres en bordure, déplacé quelques asters, divisé un ou deux sedums ...

Repost 0
Published by Blandine - dans Au fil des mois
commenter cet article
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 09:21

Après nous avoir réjoui les yeux durant le printemps et l'été, les géraniums ne sont pas en reste lorsque l'automne arrive. Du jaune au rouge en déclinant toutes sortes de teintes intermédiaires, ils pimentent le jardin de larges colorées et méritent largement qu'on prenne le temps de les admirer.

                                                         geranium macrrohizum

                                                        geranium 'Nimbus'

                                                           geranium renardii

Leurs teintes très vives composent même de brèves mais très jolies scènes automnales aux chaudes tonalités.
geranium 'Nimbus', festuca glauca, iris germanica, primula acaulis

geranium pratense, euphorbia

geranium sylvaticum 'Mayflower', carex comans 'Bronze', hemerocallis
Repost 0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 23:52


Cela faisait plusieurs années que j'hésitais : auxiliaire indispensable à tout jardinier éco-responsable qui se respecte ? (cher) gadget surfant sur la mode écologique ? 
En décembre dernier, le bonhomme à la longue barbe blanche et au manteau rouge a décidé pour moi.


Jusqu'alors, je n'avais pas eu l'occasion de le faire beaucoup travailler.
Mais fin septembre, un cerisier et un mirabellier peu productifs tombent sous la lame de la tronçonneuse. Une fois le gros bois débité, un tas impressionnant de branchages reste à négocier. Habituellement, un gros feu avale tout cela en peu de temps.  


Mais là, l'occasion était toute trouvée pour savoir enfin ce que la machine valait. Branche après branche, tout a été avalé, englouti, sans jamais faillir. Un nombre impressionnant de caisses remplies de petits morceaux de bois ont été vidées.

Toutes ont été répandues sur la longue plate bande à l'ombre du tilleul, là où la terre est la plus pauvre, la plus sèche, la plus compacte. Un bienfaisant matelas de 3 cm d'épaisseur de broyat qui ralentira le déssèchement estival et qui, en se décomposant, enrichira le sol.

Trois semaines plus tard, la présence de moisissure blanche (mycelium des champignons qui vont dégrader la lignine du bois) prouve que le travail de décomposition a commencé.

Merci le Père Noël !
Repost 0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 13:45

Tout doucement, le jardin glisse vers la mauvaise saison. Les gelées marquent les massifs de leur empreinte glaciale et forcent au repos hivernal de nombreuses vivaces. Il faut se dépêcher de profiter des dernières grosses floraisons de l'année.




Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 23:21

15 octobre : dernier jour pour rendre sa ... demi-copie. Le plan est finalisé, l'intro et la conclusion sont rédigées, ne manque que le développement à peaufiner. Mais toutes les idées sont déjà trouvées, prêtes à être mises en oeuvre.

Petit rappel -honteux- de la situation ici.

Avant de réfléchir à ce que j'allais faire, je savais déjà que je ne voulais pas investir. Rien que de la récup' et du prélèvement dans les massifs.

- Mi-juillet, les petits éclats de graminées forcissent en petits godets. Le temps, toujours frais, m'autorise même à tenter des divisions de hostas, de pulmonaires, de brunneras. Succès sur toute la ligne.

- Les deux tonneaux : ils sont indispensables mais peu esthétiques. Pour les rendre moins visibles, une seule solution : les enterrer partiellement.
Pas de chance pour moi, l'absence de pluie a rendu la terre dure comme du béton. Et pour couronner le tout, le sous-sol à cet endroit est truffé de cailloux, de gravier, de plâtre, de tuiles cassées et d'autres déchets divers. J'y ai même trouvé quelques boulets de charbon !
En revanche, pas UN seul ver de terre ! On les comprend aisément.
Pourtant, une fois tamisée, la terre est magnifique.

Positionner les tonneaux de niveau ne fut pas chose aisée, d'autant que je tenais à ce que le plus haut se déverse dans celui en contrebas. Cela fonctionne (presque) parfaitement. 

Pour camoufler davantage tout ce plastique, quelques touffes de deschampsia cespitosa 'Tautrager'. Et pour occulter le grillage du fond, un rejet de persicaria paniculata frondosa à la très longue floraison blanche.

Une fougère et une prêle (equisetum hyemale) dans une vieille bassine en zinc, le bambou panaché dans l'ancien stérilisateur, une jolie pierre blanche aux doux contours, un nouvel arrosoir -merci Fanny- ... et voilà la première partie de la pustule transformée.

                                                                 AVANT


Le jardin réclamant un minimum d'attention avant l'hiver, la deuxième tranche des "travaux" sera pour le printemps prochain.
Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 09:30

Première petite attaque du froid hier matin. Ce matin, c'était plus sérieux : -5° au thermomètre. Y'a pas de doute, l'été est vraiment fini.

Repost 0
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 09:27

S'il me parait impensable de concevoir un jardin sans fleurs, il me semblerait également difficile de le concevoir sans baies colorées qui en seront le point de mire ... et une réserve à nourriture pour la gente ailée ... en automne et en hiver.

Cette année, toutes les conditions favorables ont été réunies : les baies abondent et surabondent.

Les très nombreuses grappes rouge sang de la viorne obier (viburnum opulus) attirent le regard. Jusqu'à présent, elles ont toujours été délaissées par les oiseaux, ce qui me permet d'apprécier leur présence très vive lorsque la campagne se pare de blanc.


Le houx (ilex aquifolium) n'a jamais autant porté de fruits. A peine rouges, les premières boules tombées au sol sont immédiatement picorées par les merles. Il y a fort à parier que, tout comme l'année dernière, toutes seront dévorées avant les grands froids.

Le sorbier des oiseleurs (sorbus aucuparia) n'a jamais été autant chargé. Ses branches ploient sous le poids des lourdes grappes rouge orangé. Peu prisées des oiseaux, sauf en cas de disette ou d'invasion de jaseurs boréaux, elles persisteront longtemps sur les branches.


Signe de maturité, l'if (taxus baccata) arborre enfin de nombreuses petites baies d'un rouge un peu translucide. Tout dans cet arbre est toxique à l'exception de ces pulpeuses enveloppes de graines. Elles sont très prisées des merles qui adorent leur goût sucré et ne restent jamais longtemps sur les branches. En une semaine, le garde-manger a été dévalisé.

Quant au malus 'Evereste', lui aussi lourdement chargé, ses petites pommes sont doucement en train de se colorer. Amollies par les gelées, elles feront le régal des bouvreuils durant l'hiver.

Repost 0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 08:49

   - Assécher la terre des frileuses en pots avant de les hiverner à la cave.

   - Déterrer les bulbeuses d'été (dahlias, bégonias, glaïeuls) et bien les faire sécher avant le stockage hivernal.

   - Rentrer les plantes d'intérieur, une gelée leur serait fatale.

   - Mettre dans un local hors gel les plantes gélives du bassin. Voir ici pour la marche à suivre avec les jacinthes d'eau.

   - Hiverner les pélargoniums. Les tailler à une quinzaine de centimètres. Oter feuilles et bourgeons terminaux. Les laisser bien sécher avant de les "ranger" pour l'hiver.

   - Oter les soucoupes sous les pots restant à l'extérieur et les surélever par une planchette de bois pour éviter la remontée de l'humidité.
 

   - Vérifier et desserrer au besoin les liens des arbres et arbustes. Penser également à ceux des nichoirs.

   - Planter dès maintenant un bulbe d'amaryllis pour le voir fleurir à Noël.

   - Stratifier les noyaux en pots ou terrines, sous châssis ou dans un local froid.

  - Préparer l'abri à hérisson : tas de bois, de feuilles.
Sous un imposant juniperus, j'entasse chaque automne un très gros tas de feuilles de noyer. Peu de pluie, pas de neige, pas de vent, pas de risque de le déranger, je ne sais s'il s'en sert mais Gaston est toujours présent au jardin. Si j'étais très attentionnée, je glisserais une plaque de polystyrène en dessous des feuilles afin d'éviter la remontée de l'humidité et une autre au dessus du tas pour barrer le passage à la moindre petite goutte d'eau.

   - Oter les feuilles sèches des iris afin d'éviter leur pourriture qui pourrait se transmettre aux rhizomes.

   - Semer les graines de bulbeuses.

   - Surveiller la "plantation" de safran. La récolte se fait de préférence le matin, lorsque la rosée s'est évaporée. Cueillir les fleurs à peine épanouies, couper les stigmates rouges. Les faire sécher à 50° jusqu'à ce qu'ils durcissent légèrement. Les laisser refroidir, ils reprennent un peu de souplesse. Stocker à l'abri de la lumière et de l'humidité dans un récipient en verre.
L'arôme se développe lors du séchage.

   - Marquer les branches mortes ou indésidérables à élaguer ultérieurement.

Repost 0

Rechercher