Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 10:50

En début de mois, il y a eu la visite, peu appréciée, de très nombreux hannetons des jardins. Ils s'en sont donnés à coeur joie dans les rosiers, trouant et dévorant nombre de roses.


Depuis quelques jours, le jardin accueille des méligèthes. Pas un ou deux ... ni quelques dizaines ... non ... des centaines !
Habituellement, ils sont bien moins nombreux et essentiellement cantonnés sur les fleurs jaunes. Mais cette année, ils sont nichés partout, en gros paquets fort peu ragoûtants.


  


 

Ces petits coléoptères noirs (meligethes aeneus) apprécient particulièrement le pollen et le nectar des fleurs. Pas dramatique, me direz-vous. Non !
En revanche, le côté le plus inquétant est que la femelle pond ses oeufs dans les bourgeons floraux. Les larves s'y développent et s'en nourrissent, entrainant la mort prématurée de la future fleur.

Pour le moment, les boutons de roses ne semblent pas attaqués mais si cela était le cas, je me vengerais en les douchant à l'eau savonneuse.
Repost 0
Published by Blandine - dans Animaux du jardin
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 15:06

Troisième visite de ce jardin aménagé par Gilles Clément  et rassemblant différentes ambiances méditerranéennes. Le dépaysement est toujours aussi vif.
Cette année, l'hiver, bien pluvieux, a favorisé les floraisons et à certains endroits, le jardin embaume le freesia.


Dès l'entrée, le ton est donné : aeoniums, echiums, euphorbes, lavandes papillon peuplent le jardin canarien.
 





... Un peu plus loin, le regard est capté par de jolies bulbeuses orange sur fond de mimosa ...

... puis, la promenade ...
... longe une des platebandes de cactées géantes du jardin mexicain ...

... plonge dans le vallon néo-zélandais et ses immenses fougères arborescentes ...

... emprunte un des nombreux petits escaliers qui se faufile ici sous les bambous du jardin chinois ...

... s'arrête pour admirer le Grand Escalier, ses marches et sa Grande Pergola ...

... et fait une longue halte devant le magnifique panorama de la petite baie du Figuier aux eaux couleur lagon ...

Repost 0
Published by Blandine - dans D'autres lieux
commenter cet article
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 08:14

Participe/participe pas ... Pas facile à prendre comme décision. Une fois l'engagement pris, il faut le tenir ! Je suis une jardinière de parole !

C'est que je l'avais (presque) oublié ce défi lancé il y a quelques semaines par muscari et melle brindille. L'article d'avant-hier de Miss Canthus s'est vertement chargé de me rafraichir la mémoire.

Cette pustule, je n'avais pas l'envie, pas le déclic pour la "travailler". La ranger comme chaque année, d'accord ; mais l'aménager en profondeur ...


Prêt(e)s pour le musée des horreurs ?

... deux magnifiques tonneaux de récupération d'eau, en service, dont un transformé provisoirement (!!!) en table de rempotage ...

... un bric à broc de pots en tous genres, garmis ou à garnir ...

... un amoncellement de contenants vides ou pleins ...

... et, "caché" derrière les tonneaux, un champ en devenir d'orties et de liseron négligemment parsemé de quelques objets hétéroclites n'ayant rien à faire là.

                                              Et pour finir, une petite vue générale
                                                       Pas terrible, hein ?!!!


Le défi ne sera pas forcément simple à relever :

- Cette partie du terrain est un Nord-Est. Le soleil ne s'y montre que très peu : 10 à 20 mn minutes le matin, 1 à 2 heures en fin de journée. Il y fait très froid en hiver et le sol met très longtemps à dégeler au printemps.

- Les planches noires de la dépendance ont besoin d'être traitées tous les cinq ans environ avec un produit goudronné. Forcément, il y a toujours des bavures, toxiques et indélébiles. Mon rhododendron tout proche s'en souvient encore trois ans après.
De plus, l'accès doit pouvoir se faire aisément à tout moment.

- Toutes les plantations tentées se sont révélées décevantes dans le temps. Longues branches filiformes cherchant avidement le soleil, floraisons parcimonieuses pour ne pas dire inexistantes ...


Mais c'était il y a quelques années ... lorsque j'étais encore très novice. Depuis, j'ai découvert les feuillages, moins gourmands et plus conciliants,  et j'ai appris à les apprécier.

D'ailleurs, quelques idées sont déjà en train de germer ...

 

Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 09:33

Le feuillage persistant et bordé de poils blancs de cette graminée est loin d'être son principal attrait. Hormis en hiver où l'oeil s'extasie devant la moindre tache de verdure, il faut bien reconnaitre que dès le retour des beaux jours et la reprise de la végétation, il devient vite insignifiant.

En revanche, dès la mi-mai, lorsque le feuillage s'élève et qu'elle fleurit, elle impose sa présence et se remarque de loin du haut de ses 60 cm.


Plantée à contre-jour, elle accroche merveilleusement bien le soleil levant et a le don de réveiller et d'illuminer un massif au petit matin.
Tout d'abord blanc pur, ses fleurs virent toutefois au blanc beige après trois semaines de floraison et il est préférable de ne pas la planter en proche compagnie d'autres fleurs blanches.

NB : cette graminée fait partie de la flore française. On la rencontre surtout dans le quart Sud Est.
Donnée pour rare dans l'Est de la France, j'en ai découvert une toute petite station dans la forêt communale il y a quinze jours.
Repost 0
Published by Blandine - dans Coups de coeur
commenter cet article
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 09:35


Repost 0
Published by Blandine - dans Photo du mois
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 10:23

En juin dernier, les campagnols avaient dévoré toutes les racines de mon seul rosier  grimpant alors que je venais juste de l'installer après une arche.
Cela m'avait vraiment énervée car c'était une bouture échangée avec une jardinière belge et reçue par la poste. Je l'avais amoureusement bichonnée pendant deux ans car sa propriétaire n'avait fait que des éloges de son beau rosier dont elle ne connaissait pas le nom.

Et cette année, non seulement, il a survécu après l'épisode campagnols mais il a fleuri, très généreusement même.

Ses fleurs sont très petites (2 cm lorsqu'elles sont épanouies), simples et délicieusement odorantes. Le bouton floral est rond, légèrement rosé.


C'est un rosier parfait pour une arche car il n'est quasiment pas épineux. Sa vitesse de croissance est assez impressionnante et il a l'air de bien se comporter en situation mi-ombragée. Jusqu'à présent, ses feuilles sont restées parfaitement saines sans avoir eu recours à un seul traitement. Une vraie merveille !


Le connaissez-vous ?

 

Edit du 6 novembre 2009 : grâce à Zéphirine, mon bel inconnu ne l'est peut-être plus. Il s'agirait du rosier 'Thalia', un vieux  rosier liane créé en 1895.

Merci à toutes celles et tous ceux qui m'ont donné des pistes dans ma recherche.

 

Edit du 23 juin 2013 : finalement, au revoir 'Thalia' mais bonjour à rosa multiflora 'Inermis' !

Repost 0
Published by Blandine - dans Coups de coeur
commenter cet article
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 15:29

   - Dès que les asters sont bien sortis et craignent moins l'appétit des limaces, les fertiliser avec un apport de fumier bien décomposé ou de compost mûr. Longtemps à la même place, ils épuisent la terre.

   - Pailler le pied des choisya, y compris avec de l'herbe de tonte. Cela lui évite la soif en été et prolonge sa floraison.

   - Pour les buis ne nécessitant qu'une seule taille annuelle, c'est le bon moment. Procéder avant le solstice d'été.


   - Tailler les camomilles au ras du sol après leur première floraison. Cela permettra une bonne remontée en automne.

   - Pincer à mi-hauteur les tiges des cosmos dès qu'ils atteingnet 30 cm. Cela les forcera à faire un buisson plus touffu et plus résistant aux vents.

   - Raccourcir de moitié les hélianthus vivaces. Ils se ramifieront deux fois plus et fleuriront davantage.

   - Après leur floraison, tailler sévèrement à la cisaille aubriètes, arabettes, campanules des murailles, céraiste et alyssum. Les plantes produiront un nouveau feuillage bien dense et les touffes resteront bien compactes.

   - Par temps sec et/ou venteux, arroser généreusement au pied les dernières plantes mises en terre. Cela les aidera à se préparer un bon système racinaire, condition nécessaire à leur bonne survie hivernale.

   - Résister à la tentation de couper le vilain feuillage jaunissant des bulbes. Il y a souvent moyen de le cacher sous d'autres vivaces, de le nouer voire de le tresser pour le rendre plus discret.

   - Couper les semences en formation si vous ne souhaitez pas les récolter. Leur formation épuise les plantes.
En revanche, conserver les plumets très décoratifs des anémones pulsatilles. Ils persistent longtemps et offrent un attrait supplémentaire.
 

   - Commencer les premiers semis de bisannuelles (monnaie du pape, giroflées, oeillets du poète,  en fin de mois.

   - Tailler le physocarpus doré 'Dart's Gold' après sa floraison. Il produira ainsi de nouvelles pousses bien colorées.


   -  Pincer le boltonia lorsqu'il atteint 40-50 cm et le rabaisser à 20-30 cm.

Repost 0
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 09:48

Mai, c'est l'éxubérance ! De jour en jour les plantes apparaissent, grandissent, fleurissent, s'étoffent, s'étouffent ...

Le massif reste bien harmonieux jusqu'à la mi-mai ; pourpre et blanc sont bien répartis et se marient bien.
  Jacinthes, ibéris et primevères blanches ponctuent  la terre de blanc. Le jeune feuillage pourpre du berbéris 'Rosy Glow' répond aux nombreuses heuchères pourpres.



En revanche, cela se gâte par la suite. Le vert domine trop largement et de loin, l'ensemble manque de présence.

Le berbéris se retrouve englouti par l'épilobe et par deux hautes touffes de phlox. Les iris hollandais blancs n'ayant fleuri qu'une petite dizaine de jours, il n'y a aucune floraison blanche de grande taille pour poser son regard.

Pourtant, quelques jolies scènes émaillent les bordures : geranium sanguineum 'Album', dianthus deltoide rouge, blanc, lamier argenté, petites pensées pourpres et blanches mêlées aux feuillages foncés des heuchères, des joubarbes et au gris des stachys et achillées odorata.

C'est la période où ce massif se regarde de près.

Repost 0
Published by Blandine - dans Au fil des mois
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 19:07

Il faisait chaud en début de semaine, si chaud que l'envie d'eau fraiche fut forte. Il était temps de remettre en eau le mini-bassin.

Mais avant, il me restait un dernier travail à accomplir : la réfection de la bordure en noisetier. L'arrondi de l'année dernière étant beaucoup trop prononcé pour résister à la tension, j'ai procédé par lignes brisées. Cela perd en esthétique mais gagne en solidité.


Un dernier petit coup sur la paroi, un lavage approfondi des pots afin d'ôter toute trace d'algue filamenteuse et l'eau fraiche du puits a coulé à flots.

Pas mal de changements parmi les plantes.
Le mini-roseau (typha minima) et la jacinthe (eichhornia crassipes) m'ayant donné toute satisfaction, il n'y avait pas de raison de ne pas en remettre.
En revanche, le jonc panaché (scirpus lacustris tabernaemontani 'Zebrinus'), trop frêle à l'ombre, a été remplacé par un acorus calamus 'Variegatus', un hippuris vulgaris a pris la place de la myriophylle absente du rayon plantes aquatiques et l'oenanthe fistulosa 'Flamingo' a disparu au profit d'un scirpus cernuus bien moins tendre pour être brouté.
La belle equisetum 'Bandit' achetée à Berchigranges et cadeau de ma Grande trône à la place centrale.
Il restait de la place pour un pot : quelques tiges d'houttuynia cordata verte, légèrement racinées, me donneront bien deux-trois fleurs blanches dans le courant de l'été.
Quelques lentilles d'eau, conservées de l'année dernière, recouvriront rapidement la surface, donneront un aspect plus naturel et cacheront le haut des pots.

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Bassin
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 13:42

L'épanouissement du rhododendron couleur framboise, le plus tardif, marque la fin de leur floraison. Cette année, ils ont été magnifiques, lourdement chargés de belles et grosses fleurs.
Le terreau de feuilles répandu à leur pied chaque année doit commencer à porter ses fruits.

 



Je n'en dirai pas autant des azalées dont la floraison maigrit d'année en année.
Les deux plus vieilles du jardin ont même carrément boudé et ont fait la grève des fleurs. Leurs (trop) longues branches portaient juste un petit toupet de feuilles à leur extrémité.
Quitte à ne pas encore avoir de fleurs l'année prochaine, j'ai pris mon sécateur et leur ai redonné une forme plus compacte.

 

Repost 0