Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 07:30

 

Après avoir essayé en vain la cendre de bois, le gravier, la sciure, les aiguilles de pin et de sapins, les coquilles de moules pilées, la coupelle de bière, les cheveux (si si !), je pensais peut-être avoir trouvé un paillis anti baveuses ce printemps.

 

C'est en me piquant méchamment et douloureusement avec des feuilles de houx sèches que l'idée de mettre à profit cet aspect épineux et d'en faire profiter le peuple gluant a jailli. Un houx gênant ayant goûté aux dents de ma scie, la matière était loin de manquer. Broyage, épandage ; chaque hosta a reçu sa petite écharpe.

 

Eh bien, c'est encore perdu ! Quelques gouttes d'arrosage céleste dans la journée d'hier ont tout de suite montré les limites de ma pensée. Certaines feuilles des hostas ne sont pas encore déployées que déjà elles sont poinçonnées.

J'enrage !

hosta-21-avr-14.jpg

 

Pire ! Quatre jeunes donzelles affamées se permettent même de me narguer et de filer droit vers le hosta tout proche. Celles-ci n'auront pas eu le temps d'avoir une indigestion. 

Eh oui, c'est comme ça,  il y a des jours où il ne faut pas me chercher !

limaces-21-avr-14.jpgphoto réalisée sans trucage ... malheureusement ! 


Partager cet article
Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 00:30

 

Je me suis bien amusée à la lecture de vos réponses. Une mention spéciale pour François et son marcass...on et Aurélia pour ses bisons. Mais malgré vos nombreuses propositions, aucune ne se révèle être la bonne.

 

Il faut dire que l'histoire n'est pas banale.

Voyons, voyons ... Léon ... Gédéon ... Ce sont donc des visiteurs dont le nom se termine par "on". 

Mais c'est bon sang bien sûr : ce sont des POISSONS  !!!


Oui, oui, vous avez bien lu deux petits poissons ont atteri au coeur d'une touffe de tiarelle.

J'en vois déjà ricaner se disant que mr berthille doit être un sacré farceur. Désolée de vous décevoir : occupé à ce moment là, il est totalement hors de cause ... pour cette fois.


Alors qui ou quoi ?

Inutile aussi d'avancer l'hypothèse d'une tornade au dessus des flots communaux qui aurait aspiré deux malheureux poissonnets pour les faire retomber en pluie dans mon jardin. J'étais dehors, il n'y avait pas la moindre petite brise.

Ma seule explication plausible serait celle d'un oiseau pêcheur ayant perdu une partie de son chapardage en vol. L'étang et la rivière ne sont qu'à quelques battements d'ailes et des hérons et aigrettes survolent de temps en temps le jardin.

 

Mais là où l'histoire devient hallucinante, c'est que ces deux pauvres petits poissons étaient toujours vivants. Pas frais, frais ... mais vivants ! Il faut dire, à ma charge, que les pensant morts, je comptais d'abord terminer ma plantation avant de les enterrer. Par chance, un éclair argenté a attiré mon regard. Plongés dans l'eau, j'ai eu l'heureuse surprise de les voir reprendre très rapidement leurs répères.

 

Depuis hier après-midi, dans un gros tonneau, nagent donc Léon et Gédéon, deux petits rescapés qui ont eu bien de la chance. 

Leon-et-Gedeon-19-fev-14.jpg

 

Je n'ai pas pensé faire une photo alors qu'ils étaient encore hors de l'eau mais si un taquineur de goujon passe par ici et qu'il reconnnait mes deux nouveaux pensionnaires, je serais heureuse de savoir qui ils sont. 

Gedeon-19-fev-14.jpg

La vie d'une jardinière est décidément pleine de surprises.

 

 

Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 23:23

 

Après

- les sangliers

- les chevreuils

- un cheval

- un veau

Après

- Gaston le Hérisson

- Mirabeau le Blaireau

- Gaspard le Renard ...

 

... je vous présente, tout droit venus des cieux, Léon et Gédéon deux adorables petits ... 

 

Une idée ... ?


Partager cet article
Repost0
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 23:00

 

Après une étreinte pareille,

grenouilles-rousses3-9-avr-13.jpg

 

forcément, il est arrivé ce qui devait arriver !

frai grenouille rousse 10 avr 13

 

Dire que j'ai failli leur marcher dessus à ces deux pauvres grenouilles rousses. On n'a pas idée aussi de se fondre comme ça dans l'environnement et de rester totalement immobiles.

grenouilles-rousses1-9-avr-13.jpg

 

Un p'tit sourire pour la photographe ?

grenouilles-rousses2-9-avr-13.jpg

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 08:21

 

Il y a bien sûr celles des oiseaux. Si nombreuses que je finis par me demander si le jardin m'appartient encore.

   traces-oiseaux1-25-janv-13.jpg                traces-oiseaux2-25-janv-13.jpg

 

Il y a, celles de Shrek, la chatte aux immenses yeux verts qui habite dans le jardin, squatte la dépendance en bois et réclame pitance et force câlins.

traces-Shrek-23-janv13.jpg

Il y a, plus inattendues, celles de Mirabeau le Blaireau. Visiteur régulier depuis 2008, il fouille les plates-bandes et la pelouse à la recherche de vers. Cet automne, il s'était permis de creuser un nouveau pot à crottes au pied du gros tilleul, soulevant de terre quelques heuchères au passage.

traces-blaireau1-23-janv13.jpg    traces-blaireau2-23-janv13.jpg

 

Il y a celles du petit écureuil pour lequel je dépose chaque jour quelques noix dans un creux du cerisier. J'espère ainsi le fidéliser car le spectacle d'un éclair roux traversant la pelouse, courant le long des troncs puis sautant de branche en branche m'amuse toujours autant.

traces-ecureuil-23-janv13.jpg

 

Et cet hiver, il y a celles de Gaspard le Renard. A la recherche de "viande fraiche", il n'a pas hésité à creuser et à trouer sans vergogne un massif, bousculant méchamment une verbena hastata nouvellement plantée. couvrir ses empreintes m'a permis de déculpabiliser Mirabeau que j'avais à tort accusé d'avoir creusé un nouveau trou.

trou-renard-23-janv13.jpg

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 09:39

 

Un court instant j'ai cru rêver hier matin en découvrant, tout juste réveillée, une foultitude de petits monticules de terre. Mais la réalité m'a très vite rattrapée. Les "cochons" étaient revenus. Plus laboureurs que dégustateurs cette fois, à mon encore plus grand déplaisir.  sangliers1 5 oct 12

sangliers2 5 oct 12

sangliers3 5 oct 12

 

La veille pourtant, j'avais ramassé toutes les pommes tombées sous les bourrasques du premier coup de vent automnal. Je m'étais même donné la peine de leur servir les fruits sous leur arbre préféré, au calme, dans la prairie abandonnée. Mais non, cela ne leur a pas suffi. Deux brouettes de pommes pourtant !

 

Ce matin, j'appréhendais le petit tour matinal car la nuit avait très bruyante. Pas déçue la jardinière ! Plus une seule pomme au sol ; chouette pas besoin de les ramasser ! Mais ... les gloutons se sont aussi enhardis et le terrain tout entier a bénéficié d'une visite méthodique.

sangliers1 6 oct 12

sangliers2 6 oct 12

 

Terrain, oui ... mais pas que ! Un massif également. Etonnament, celui qui a le plus bénéficié de BRF. Il a été méthodiquement et proprement "aéré", sans aucune casse je dois l'avouer !

Pour un peu je serais presque obligée de reconnaitre leur travail et de leur dire merci.

 

Ce matin, direction le magasin agricole pour quelques achats de piquets et de fil électrique. On verra bien qui aura le dernier mot !

Dire que j'appréhende l'hiver et sa pénurie de nourriture est un faible mot. Je les sais capables de déterrer les bulbes pour satisfaire leur appétit. Et les traces d'une fouille plus profonde à un endroit planté de crocus n'est pas pour me rassurer.

sangliers3 6 oct 12

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 10:00

 

Cela faisait plusieurs nuits qu'ils venaient faire la razzia sous les pommiers abandonnés à l'arrière du jardin. Et un sanglier qui mange, ce n'est pas très raffiné ni très délicat ; ça grogne, ça souffle, ça croque, ça s'étrangle ... et ça piétine !

 

Nombreux et très gloutons, la réserve de pommes au sol s'est vite épuisée. Les cochons sont dont allés voir ce qui se passait quelques mètres en contrebas, sous notre beau et vénérable pommier.

Mais un sanglier, ça n'a pas non plus le pas léger et plusieurs sangliers, ça laboure, d'autant plus dans une terre (enfin) ameublie par les récentes pluies.

 

En chemin, leur équipée nocturne s'est donc soldée par "quelques" dégâts collatéraux !!!

Deux pieris à moitié cassés, un pied de phlox à terre, une dizaine d'heuchères complètement piétinées, trois hostas déchiquetés, une grosse touffe de geranium macrorrhizum hachée menue, la plus belle branche de l'hydrangea quercifolia 'Snowflake' arrachée ...  

               sangliers1-23-sept-12.jpg        sangliers2-23-sept-12.jpg

 

Par chance, le tout jeune cornus canadensis, pourtant situé en plein passage a été épargné. Un miracle que je ne m'explique pas. Il ne s'en serait sûrement pas remis.

 

Jusqu'à présent, mis à part avec les campagnols, la cohabitation avec la faune locale avait toujours été supportable. Mais là je grince un peu des dents et tends surtout le dos en redoutant d'autres expéditions nocturnes.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 09:32

 

Une pauvre rime, mais une rime dont je me passerais bien !

Depuis quelques années déjà, ces ravageurs à la livrée vermillon m'ont fait abandonner la culture des lys et me priver du parfum entêtant du virginal lilium candidum.

 

Je ne comprends donc absolument pas ce qui a pu me passer par la tête un beau matin de la fin du mois de mai pour que je laisse deux individus tout à leur plaisir au beau milieu de la touffe de fritillaires pintade ! Mieux, j'ai même fixé sur la pellicule leurs ébats indécents.

criocere-du-lys-20-mai-12.jpg

Et je les ai oubliés.

Grave erreur ! Le ver était dans le fruit ... plus précisément, les oeufs étaient pondus et les larves naissaient et grossissaient.

Trois semaines plus tard, en apercevant des feuilles méchamment grignotées, je me suis souvenue et j'ai inspecté le revers des feuilles abîmées. Elles étaient là et bien là les sal'tés de fausses crottes !

criocere-lys-8-juin-12.jpg

 

Sous ce répugnant camouflage, les larves voraces engloutissaient sans vergogne et en toute impunité les fines feuilles de mes pauvres fritillaria meleagris. Elles auraient tôt fait de me les déshabiller totalement.

Aussitôt vues, aussitôt vaincues ...  et pas paix à leurs âmes !

criocere-lys-9-juin-12.jpg

Un point positif toutefois : la floraison de ces fritillaires, plus précoce que celle des lys de la Madone, n'a pas eu le temps d'être réduite à néant par l'appétit féroce des larves. Cela ne m'autorise pas pour autant à une vigilance amoindrie.

 

Un rapprochement avec des plantes compagnes au fort parfum répulsif est sensé repousser les indésirables. Bernique !

En son temps, le joli mariage d'une absinthe (arthemisum absintium) et d'un lys de la Madone n'a jamais eu les effets escomptés et mon pauvre lys n'a fleuri et embaumé que le temps d'un charmant et nostalgique souvenir.

 

Du marc de café répandu au pied serait répulsif, je ne risque rien d'essayer mais n'y crois guère non plus.

 

Une chose est certaine : je ne les laisserai m'impressionner et ne me priverai pas de la culture de ces belles fritillaires.

fritillaria-meleagris-20-avr-12.jpg

Partager cet article
Repost0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 13:45

 

Je n'osais espérer mais attendais quand même avec impatience, scrutant attentivement chaque matin la surface du bassin. Fin avril, je n'y croyais plus. Ce ne serait pas pour cette année.

Et puis, il y a trois jours, au matin, elle était là ! Une belle boule, gélatineuse à souhait, piquetée de petits point noirs.

Une grenouille avait profité de l'obscurité de la nuit pour venir pondre en tout anonymat des dizaines d'oeufs.

frai-23-avr-12.jpg

Avec neuf voraces à nageoires présents dans le bassin, j'ai préféré isoler ces oeufs dans l'ancienne "maternité" de feu nos poissons d'aquarium.

 

Ce matin, il est malheureusement visible que la plupart de ces oeufs ne se développera pas. Mais quelques points noirs grossissent. Qu'un seul devienne un petit tétard puis une grenouille me ravira déjà.

frai-oeufs-26-avr--12.jpg

Cela me réjouit le coeur de savoir qu'une grenouille ait choisi mon petit bassin pour y déposer sa future progéniture. Un point d'eau ne met pas longtemps à être répertorié dans le "Guide du Routard" des animaux.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 08:42

Forcément avec la forêt qui reprend tout doucement ses droits à l'arrière de la maison ...

Forcément avec toute cette neige et ce froid précoces ...

Forcément avec toutes ces pommes abîmées laissées à terre pour nourrir merles et grives ...

 Il était logique qu'ils viennent nous rendre visite !

 

Leurs profondes empreintes dans la neige ne trompent pas.

sanglier1-4-dec-10.jpg

 

Pour l'instant peu de dégâts, la neige est épaisse et leur nombre ne doit pas être très important. Trois coulées dans le talus, quelques branches cassées, le tas de terreau un peu répandu ; je subis et supporte ... encore.

sanglier2-4-dec-10.jpg

 

Mais que faire s'il leur prenait la fantaisie de labourer la "pelouse" à la recherche de vers de terre ; de goûter aux quelques 500 bulbes plantés amoureusement cet automne ?

Partager cet article
Repost0