Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 14:26

Depuis quelque temps, je pressentais une présence dans le massif du bassin. Des légers bruits sur le broyat sec, des feuilles qui s'agitaient. Mais rien ne trahissait visiblement l'existence d'un quelconque habitant.

La semaine dernière, lors d'une séance de désherbage, un plouf bien sonore me fait sursauter et je réussis à apercevoir l'ombre furtive d'un crapaud qui s'enfonce sous l'eau. Le pauvre a eu tout autant peur que moi.

 

Un batracien avait trouvé le chemin du jardin ! Enfin !

Certes, j'aurais préféré une jolie petite rainette verte plutôt que ce crapaud pustuleux et un peu rondouillard ... mais on ne choisit pas les amis qui vous font la joie de vous rendre visite. 

 

Pour ne pas le déranger davantage, je me suis doucement éclipsée remettant mon travail de nettoyage à un autre jour.

 

Mais depuis, j'ai beau tendre l'oreille, scruter les abords du bassin, percer la surface de l'eau ; rien, plus rien ! Plus de trace de Bruneau mon crapaud.

 

Alors pour l'attirer à nouveau et le faire revenir, j'ai invité une petite compagne au "doux" regard.

bassin-15-sept-10.jpg

L'est pas belle Aude ma p'tite crapaude ?

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 22:40

Il s'en passe de belles au jardin !

Très souvent, dans sa promenade matinale, la jardinière voyeuse dérange les derniers couples encore enlacés qui ne se décident pas à s'arracher à leur étreinte.

Ce matin, deux cantharides communes se camoufflaient vainement sous le couvert rugueux de l'anchusa ;

insectes1.jpg

deux pentatomes des baies richement colorés se nichaient à l'abri des regards au coeur d'une fleur fanée d'anémone pulsatille.

insectes3.jpg

Quant à ces deux criocères rouges, bien visibles sur le vert tendre des feuilles du lys, je ne leur ai pas laissé le temps d'engendrer leur vorace progéniture.

insectes2.jpg

Partager cet article
Repost0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 10:25

 

chrysomele-viorne-1-juin-10.jpg

Sculpture moderne ? Photo artistique ? Nouvelle variété d'arbre ?

 

Perdu ! Ce sont les dégâts de la chrysomèle de la viorne sur un des mes viburnum opulus 'Roseum'.

 

Pour la troisième année consécutive, les larves de ces coléoptères ont encore frappé et sont en train de transformer les feuilles de mon boule de neige en dentelle de Bruges.  

chrysomele-viorne1-2-juin-10.jpg

  

chrysomele-viorne2-2-juin-10.jpg

 

Et dire que la première année, je les avais prises pour de mignonnes petites chenilles et les avais laissées se repaitre tout leur soûl pensant admirer de jolis papillons plut tard dans l'été ! J'aurais mieux fait de faire la méchante et de sortir illico mon attirail de tueuse.

 

Une fois bien repues, ces larves vont s'enfoncer dans le sol pour en émerger à l'état adulte courant juin. Les femelles fécondées perceront alors des trous dans les ramilles de la plante-hôte et y pondront leurs oeufs. Ceux-ci écloront au mois de mai l'année suivante.

  

Cantonnés à un seul arbuste la première année, ces ravageurs ont largement étendu leur champ d'action cette année et grignotent hardi petit le deuxième opulus 'Roseum', les gracieux opulus indigènes ainsi que le viburnum lantana. 

Sachant qu'une femelle peut pondre jusqu'à 500 oeufs, cette expansion de leur territoire ne m'étonne plus.

Quand je pense que j'avais pensé m'en débarrasser en coupant et en brûlant les branches porteuses de larves l'année dernière. Je les avais largement sous-estimées !

 

Cette année, il faut que j'agisse autrement ... et rapidement. Une fois les larves descendues dans le sol, il sera trop tard car les adultes sont bien plus mobiles.

Mais quel produit utiliser lorsqu'on est une farouche opposante de la chimie lourde ?

 

Un jardinier averti en valant deux, surveillez attentivement vos viornes afin d'agir dès les premiers signes d'apparition.  L'importante défoliation causée par leurs attaques répétées peut provoquer la mort de vos arbustes.  

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 14:51

Méchante découverte ce week end !
Depuis quelque temps, les trois heuchères plantées en pot à l'entrée de la maison affichaient une petite mine : feuilles ternes, mollassonnes.
Sans grande conviction, j'avais tout d'abord pensé aux premières gelées ... puis à un éventuel manque d'eau ...

Hier, en voulant ôter les plus vilaines feuilles, les pieds me sont restés tous les trois en main.
?????
Il n'y avait quasiment plus de racines !!!

En y regardant de plus près : du blanc ... des dos blancs ... des vers blancs !!! Horreur !!!
A y réfléchir, ce n'était pas si étonnant que cela : en juin, les fleurs du jardin avaient déjà subi les assauts voraces des hannetons adultes. Et lorsqu'un endroit est accueillant, on a envie de s'y établir.

Bien au chaud dans les pots, protégées du blaireau et du hérisson prédateurs, les larves se sont grassement développées en boulottant tout ce qui était mangeable. Il n'y avait plus une seule radicelle, les grosses racines centrales étaient entièrement rongées par l'intérieur.
Pas étonnant que mes pauvres heuchères faisaient une drôle de tête.

Perdus pour perdus, j'ai nettoyé les éclats qui me paraissaient les moins mourants, délogé toutes les larves apparentes. Après une heure de trempage dans l'eau pour achever les dernières bestioles récalcitrantes, j'ai repiqué tous ces pauvres toupets de feuilles dans une terre légère. On ne sait jamais ...

Et après ?

Après, j'ai étalé la terre à la recherche des vers blancs restants. Je ne pensais pas en trouver autant !

 
Puis, je les ai mis dans un joli récipient d'où ils ne pouvaient pas s'échapper et j'ai souhaité de tout mon (gentil) petit coeur qu'un visiteur nocturne du jardin en fasse un menu de choix.
Ce matin, le récipient était vide !

Comment faire pour que pareille mésaventure ne se reproduise au printemps prochain ?

 

 

Edit du 11 octobre 2011 : point de vers blancs, point de larves de cétoines ; juste (!!!) des larves d'othiorrynques.

Merci à karine et à Emmanuelle d'avoir identifié ces vilaines gloutonnes.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 09:55

Scène de la vie courante au jardin hier matin : une toile d'araignée, pas très artistiquement filée ; une épeire diadème, immobile à proximité. Endormie ? Pas du tout, à l'affût !
Soudain, tout s'emballe. Une guêpe s'est posée sur la toile. La pauvre, elle vient de signer son arrêt de mort. En un éclair, l'araignée se précipite sur elle ... et ... c'est à ce moment que les piles de l'APN me font faux bond. Grrr !!!


Le temps d'aller en rechercher, le travail est déjà terminé. Le "sandwich" est proprement emballé. Il servira de repas un peu plus tard.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 10:50

En début de mois, il y a eu la visite, peu appréciée, de très nombreux hannetons des jardins. Ils s'en sont donnés à coeur joie dans les rosiers, trouant et dévorant nombre de roses.


Depuis quelques jours, le jardin accueille des méligèthes. Pas un ou deux ... ni quelques dizaines ... non ... des centaines !
Habituellement, ils sont bien moins nombreux et essentiellement cantonnés sur les fleurs jaunes. Mais cette année, ils sont nichés partout, en gros paquets fort peu ragoûtants.


  


 

Ces petits coléoptères noirs (meligethes aeneus) apprécient particulièrement le pollen et le nectar des fleurs. Pas dramatique, me direz-vous. Non !
En revanche, le côté le plus inquétant est que la femelle pond ses oeufs dans les bourgeons floraux. Les larves s'y développent et s'en nourrissent, entrainant la mort prématurée de la future fleur.

Pour le moment, les boutons de roses ne semblent pas attaqués mais si cela était le cas, je me vengerais en les douchant à l'eau savonneuse.
Partager cet article
Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 14:16

Un chaud rayon de soleil, une averse tiède, et voilà les escargots - et les limaces - qui sortent par dizaines de leurs fraiches cachettes.

                                    Certains se la jouent acrobates ...
 

                                    ... voire alpiniste, perché à 2 m dans la viorne ....


                      ... tandis que d'autres batifolent sans pudeur dans l'herbe verte.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 23:57

Les chauds rayons du soleil ont fait sortir de son refuge hivernal ce long et bel orvet.


Encore peu réveillé après sa longue léthargie, il ne s'est pas enfui, a accepté le contat et s'est laissé caresser.

Partager cet article
Repost0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 08:47

Tout n'est pas idylique au Jardin de Berthille ...


Pauvre petit merle !

Un renard ? Une fouine ? La chatte Pelote ?

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 09:00

Il y a foule au jardin durant les froides nuits hivernales. On voit que les réserves s'amenuisent et que les petites bêtes des campagnes cherchent pitance.

Une multitude de traces, bien visibles sur la neige, parcourt le terrain en tout sens.

                          


                                         

Mis à part les sabots du chevreuil (3ème photo), je n'arrive pas à mettre un nom sur chacun de ces autres petits visiteurs nocturnes.


En revanche, impossible de rater la large patte du blaireau et ses 5 doigts bien marqués ...


... ainsi que celles de la jardinière, accroupie, APN en main.
Partager cet article
Repost0