Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 10:55

 

"Dites, y'aurait pas comme un léger problème ? Elle est passée où mon eau, ma bonne eau si goûteuse et chargée en bonnes odeurs ?"

 

-6° au thermomètre durant la nuit. Cette fois, c'est la bonne gelée, celle qui fige le bassin ...

... sucre les roses ...

... et fait prendre une douce couleur à 'Sally Holmes'.

 

Ce soir, la neige est attendue. L'hiver fait sa première incursion en terre lorraine.

 

Quant à toi, petite Frimousse trop hardie, fais attention, poser ses papattes sur la glace n'est pas sans risque.

 

Repost 0
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 08:53

 

A la sortie de l'hiver, le compte était loin d'y être : sur 10 gros poissons rouges, seuls 6 répondaient à l'appel. Cela m'avait étonnée car l'hiver avait été d'une douceur exceptionnelle et tous avaient déjà survécu à des températures bien plus négatives.


Jusqu'il y a un mois, les effectifs sont restés stables. Mais un matin, un nouveau poisson a été porté manquant. Un autre s'est volatilisé quelques jours plus tard, puis encore un autre. Cela commençait à faire beaucoup d'autant qu'aucune explication envisagée ne me semblait satisfaisante.

   

En l'absence de cadavres, la mort naturelle ou de maladie fut écartée. J'ai alors accusé chat, rapace ou autre carnassier sauvage.

 

Et puis, il y a trois jours, lovée contre la pierre chaude du banc, une couleuvre s'est laissée surprendre. Craintive, elle s'est rapidement enfoncée dans les profondeurs du bassin.

Il a fallu attendre la tombée de la nuit pour réussir à l'observer plus longuement.

couleuvre1 28 juil 14Fine mais de belle taille (0.80 m environ), les écailles hésitant entre le brun et le gris, c'est assurément un beau sujet pour qui aime le peuple rampant ... ce qui n'est pas à tout fait mon cas.

couleuvre2-28-juil-14.jpg

 

Un ami pisciculteur m'assura que l'auteur des disparitions de poissons était trouvé mais que j'allais avoir du mal à déloger l'animal de la résidence 5 étoiles que je lui offrais sans le vouloir : un garde-manger aquatique offrant peu de cachettes à ses proies, une abondante réserve souterraine de viande fraîche, une végétation haute pour se reposer et se dissimuler, un banc de pierre pour se chauffer au soleil, une pile de bois où se débarrasser facilement de ses mues, un compost tout proche où pondre ses oeufs ...

 

Et même si mon ego se flatte d'avoir su créer un petit écosystème, inutile de préciser que je n'ai pas remis les mains dans le bassin et que je prends bien soin de faire vibrer le sol pour m'annoncer lorsque je m'assieds sur le petit banc de pierre.


Repost 0
Published by Blandine - dans Bassin
commenter cet article
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 09:35

 

Quel sera l'heureux gagnant de la course aux centimètres carrés devant le bassin ?


L'année dernière, le thym serpolet indigène avait été magnifiquement et très longuement florifère ... mais attirait une telle quantité d'abeilles qu'il devenait périlleux et piquant de s'approcher du bord de l'eau.

thymus-serpyllum-20-juil-12.jpg

Je m'étais donc résolue à l'arracher la mort dans l'âme et ai longuement cherché, avec votre aide, un remplaçant.

 

A l'automne, j'ai d'abord planté le plus-bas-que-terre thymus pseudolanuginosus que je cultivais bêtement en pot. Je ne compte guère sur sa floraison rose, trop parcimonieuse dans ma froide Lorraine, mais je suis folle de sa douceur et de l'odeur que répand son feuillage lorsqu'on l'effleure.

thymus-pseudolanuginosus-18-juil-13.jpg

Au printemps, mon oeil avait été attiré par un petit godet d'acaena inermis 'Purpurea' au feuillage pourpre et très découpé. Je l'ai tout de suite imaginé surgissant du tapis glauque de mon thym rase-moquette.

acaena-inermis-Purpurea-18-juil-13.jpg

Et dans le courant du printemps, la sagine (sagina subulata) s'est invitée apportant une touche de vert tendre bienvenue. Lorsqu'elle se décidera à fleurir, ses minuscules fleurettes blanches apporteront une jolie touche de fraicheur et de délicatesse.

sagina-subulata-12-juil-13.jpg

Le mariage de ces trois compétiteurs fonctionne plutôt bien.

devant-bassin1-4-juil-13.jpg

devant-bassin2-16-juil-13.jpg

devant-bassin3-18-juil-13.jpg

devant-bassin4-23-juin-13.jpg

En quelques mois les trois couvre-sols se sont déjà bien étendus, habillant les interstices entre les pierres de grès. Et si j'avais à choisir entre les trois participants, aucune hésitation. Je choisis les trois ex aequo ! Mais je me doute bien que comme dans toute compétition, il y aura un gagnant et des perdants.

Si je ne miserais pas un seul kopeck sur la sagine, j'en miserais bien un sur l'acaena 'Purpurea'. Et vous ?

Repost 0
Published by Blandine - dans Bassin
commenter cet article
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 01:48

 

Après une année 2012 bien peu limpide, cette nouvelle saison du bassin démarre sous de bons auspices. Au sortir de l'hiver, les algues filamenteuses ont tenté, sans réelle conviction, leur petite invasion habituelle. L'eau troublée s'est rapidement clarifiée et le fond du bassin est bien visible. La fraicheur du printemps n'y est sûrement pas étrangère.

 

Les habitants du bassin ont tous bien passé l'hiver. Ils sont visiblement très en forme et atteignent les 15 cm, queue comprise. Roquefort, le shubunkin bleuté, s'éclaircit en vieillissant mais garde sans contestation son aura.

poissons-5-juin-13.jpg

 

La clarté de l'eau permet de faire de surprenantes découvertes : 1 ... 2 ... 3 ... 4 ... 5 ... 6 ... 7 petits bébés ont surgi jour après jour des profondeurs obscures !

Deux sont déjà de belle taille (5-6 cm), les autres sont bien plus plus petits (3 cm). Il semblerait bien que les deux plus grands soient nés en 2012 et aient réussi à rester cachés durant toute une année.

 

Les tout petits sont encore tous très foncés. Ils changeront de couleur au fil de leur croissance.

Chez les deux plus grands, un est déjà entièrement orange. Quant au deuxième, sa couleur change de jour en jour, le noir laissant progressivement place au rouge. S'il réussissait à garder quelques traces foncées, nul doute qu'il deviendrait la deuxième mascotte du bassin !

poisson-bebe-5-juin-13.jpg

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Bassin
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 17:00

 

Après une période glaciale où il a fallu agir en le dégelant puis en installant un bulleur, le bassin est reparti pour une nouvelle saison. Très brouillé et subissant une attaque en règle d'algues filamenteuses en avril, j'ai nettoyé le fond, brossé soigneusement parois et pots et me suis résolue à changer une grande partie de l'eau.

Jusqu'il y a une quinzaine de jours, il était resté bien clair mais les derniers temps orageux se sont chargés de le troubler .

 

Malgré l'avis défavorable du vendeur concernant la taille du bassin, la benjamine de la maison s'est offert une petite koï gris foncé aux nageoires dorées. Prénommée très symboliquement Nemos, elle est d'une vivacité et d'une gloutonnerie impressionnantes, n'hésitant pas à bousculer sauvagement ses compagnons plus placides lors des repas et même à mordiller le doigt laissé à sa portée.

carpe-koi-Nemos-22-juin-12.jpg

Le nénuphar n'aura pas attendu le premier jour de l'été pour m'offrir deux fleurs d'un coup. Déjà trois fleurs pour cette année ! Ce ne seront sûrement pas les seules, du moins je l'espère. Je me demande si le peu de terre contenu dans le bac de plantation suffira à maintenir durablement une belle floribondité. Ne serait-il pas opportun d'y mettre un engrais adapté ?

nenuphar-Attraction-20-juin-12.jpg

 

Tout doucement, les bords de plastique noir du bassin préformé disparaissent sous la végétation. Les astilbes sont magnifiques cette année.  Pas étonnant... avec tout ce que le ciel leur a envoyé depuis deux mois.

Dans l'eau, le rubanier d'eau aux longues et fines feuilles vert tendre apporte une verticalité qui habille le bassin sans l'alourdir.

bassin-21-juin-12.jpg

Repost 0
Published by Blandine - dans Bassin
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 10:05

 

Alors que le bassin se réveille de sa longue léthargie hivernale, il est une plante qui chaque année me fait le bonheur de fleurir dès les premiers rayons de soleil : la vanille d'eau ou aponogeton distachyos.

aponogeton-distachyos-3-mai-12.jpg

Cette année, dès le début du mois d'avril, une première petite fleur à la blancheur virginale est montée à la surface. Je ne m'y attendais pas du tout, la surface du bassin était encore prise dans les glaces quelques jours plus tôt.

Ont suivi deux longs mois de floraison à un moment où la flore du bassin émerge lentement après les longs mois d'hiver.


On la dit très parfumée. Pas facile de se pencher le nez au ras de l'eau pour le vérifier ! Mais il est vrai qu'elle sent délicieusement bon.

On la dit aussi embaumante, surtout au moment où le soleil va se coucher. Je ne m'en étais jamais rendu compte jusqu'à un certain soir, où désherbant à quelques pas, mes narines furent chatouillées par un agréable parfum vanillé.

aponigeton-distachyos-6-oct-11.jpg

 

Fin mai, elle s'efface et laisse la place au nénuphar, star du bassin pour quelques mois dont l'égo surdimensionné ne tolèrerait pas la blanche concurrence. Ne sont alors visibles que ses feuilles oblongues vert pourpré alanguies à la surface de l'eau.

 

Mais la belle n'a pas dit son dernier mot. Début octobre, à l'heure où le nénuphar jette l'éponge, épuisé par ses nombreuses floraisons, elle reprend le devant de la scène et timidement, lance à la surface une ou deux blanches fleurs que bien souvent le gel viendra flétrir.

 

Bien que costaude, la belle est connue pour craindre le gel. Il est donc conseillé de la planter suffisamment profondément ou de l'hiverner à l'abri des morsures du froid.

Repost 0
Published by Blandine - dans Bassin
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 08:00

 

Ils ont eu chaud ... enfin ... ils auraient surtout eu très très froid les petits poissons du bassin !

 

Forte de l'hivernage réussi du nénuphar pendant l'hiver dernier, je comptais reproduire la même chose pour les pensionnaires du bassin. 

J'avais même amélioré et peaufiné ma technique. A l'automne, le gros tonneau profondément enterré avait été emballé de plusieurs couches de plastique bulle tandis qu'un épais bloc de polystyrène le fermait.  Avec toutes ces précautions, l'eau ne gèlerait pas jusqu'au fond du tonneau, pensé-je !

 

Le bonhomme Hiver tardant à glacer les eaux du bassin, les poissons ont continué à y batifoler jusque fin janvier sans que je me décide à les déménager dans leurs quartiers d'hiver.

 

Début février, le grand froid est arrivé, brutal et soudain. En trois jours, l'eau du tonneau ne fut plus qu'un glaçon géant. 

tonneau 6 fev 12

 

Sur le bassin également, la glace s'est rapidement mise à s'épaissir. Profond de 50 cm seulement et vu la période de "glaciation" annoncée, il a fallu agir sous peine de retrouver le bassin transformé en iceberg et les poissons en surgelés.


La petite serre, débarrassée de ses portes et de ses rayonnages emboîtant pile poil la surface du bassin, a offert une première protection. Mais bon, même recouverte d'une toile, il ne fallait pas rêver : à -19°, cela n'était pas suffisant. La glace a donc continué à s'épaissir chaque jour un peu plus.

 

Après quelques heures de chauffage pour dégeler la surface du bassin, un aérateur branché sur la pompe a pu être mis en place. Cette acquisition a permis de conserver sous son dôme de polystyrène une petite surface libre de glace permettant les échanges gaz / oxygène.

Le système, très peu onéreux, fonctionne super bien et remplit à merveille son rôle malgré les températures très négatives qui règnent sur la Lorraine depuis douze jours.

aerateur-bassin-12-fev-12.jpg

 

Les poissons, généralement terrés au fond du bassin, se permettent même une petite remontée en surface lorsque les rayons du soleil réchauffent un peu l'atmosphère.

Repost 0
Published by Blandine - dans Bassin
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 23:22

Les poissons curieux qui, sans avoir conscience du possible danger, viennent voir de près la petite langue rose qui lape ?

ou

La petite chatte affamée qui se contente de boire tranquillement alors qu'un menu de choix lui frôle les moustaches ?

chat et poissons 26 aout 11

Repost 0
Published by Blandine - dans Bassin
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 09:28

C'est bien beau toutes ces fleurs mais il manque quand même de la vie et de la couleur dans ce bassin ! Le bal des libellules déprimées ne me suffit plus (il faut dire qu'avec un nom pareil ...). 

 

C'est ainsi que début juin onze petits poissons ont quitté le bac surpeuplé d'une jardinerie et ont pris possession des lieux.

Point de carpes koï, le volume d'eau est bien trop faible pour ces reines des bassins mais de (presque) simples poissons rouges : 10 comètes rouges et orangés, 1 shubunkin bleuté et 1 sarasa blanc et rouge.

bassin1-5-aout-11-copie-1.jpgle repas des fauves

 

Et rapidement, ce qui devait arriver arriva ! Une telle (sur)population dans 500 l d'eau ne fit pas bon ménage avec la limpidité de l'eau ! Nourriture + déjections + absence de filtration + faible développement des plantes oxygénantes + soleil eurent tôt fait de transformer le bassin en un marigot verdâtre et complètement opacifié.

 

Ne voulant pas investir dans un système de filtration, j'ai bricolé un filtre maison avec les moyens du bord : un pot de fleur noir, une rondelle de 10 cm de mousse assez dense récupérée dans le boudin d'une ancienne piscine autoportante, une pierre pour alourdir le tout et la petite pompe fournie avec le bassin.

bassin8-5-aout-11-copie-1.jpg

 

En positionnant précisément l'arrivée d'eau sur le bord du pot, filtration ET oxygénation sont possibles simultanément.

bassin9-5-aout-11-copie-1.jpg

 

Le nettoyage biquotidien des filtres permit de limiter et de stabiliser la prolifération des algues vertes mais aucun miracle sur la limpidité de l'eau ne se produisit.

 

Et puis, il y a quinze jours, sans rien faire de plus, l'eau s'est progressivement clarifiée. En une semaine, le fond du bassin était à nouveau visible.

Alors ? Ensoleillement moindre, équilibre de l'eau, filtration ? Sûrement un savant (mais précaire) mélange de tous ces facteurs.

Repost 0
Published by Blandine - dans Bassin
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 08:56

Juin 2010 : notre petit coin au bord de l'eau ressemblait à ça : un bassin encastré dans un massif bien nu.

bassin-7-juin-10.jpg

 

14 mois plus tard, l'endroit est méconnaissable. Fleurs et feuillages se sont donnés le mot pour remplir l'espace vide.

bassin2 5 aout 11

 

Les vilains bords de plastique noir commencent à disparaitre sous les plantes basses installées en bordure (carex, astilbes, alchemille, geraniums...).

bassin4-5-aout-11.jpg

bassin5 5 aout 11

bassin3-5-aout-11.jpg

bassin6-5-aout-11.jpg

 

Pourtant, quelles désagréables surprises au printemps lorsque j'ai vainement attendu le réveil des vivaces plantées en 2010 ! Durant l'hiver la plupart avait été gourmandement mangée par les campagnols. Ne restaient que le penstemon 'Mystica', les bruyères et les berbéris.

J'ai donc recommencé en pestant et râlant la majorité des plantations ce printemps.

 

Mis à part une osmonde royale, toutes les plantes proviennent de petites divisions du jardin.

Est-ce le broyat répandu sur le sol qui a eu un effet aussi bénéfique sur les plantations ... ou plus vraisemblablement, serait-ce le fait du  non-entassement et de l'espace disponible ?

 

Il reste cependant encore de l'espace à combler. Azalées et hostas qui se retrouvent maintenant en plein soleil vont aller fleurir d'autres endroits du jardin. A l'automne, rosiers (eh oui !) et hydrangeas paniculata prendront leur succession.

 

Repost 0
Published by Blandine - dans Bassin
commenter cet article