Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2020 5 06 /11 /novembre /2020 08:30

 

Trois fleurs d'aster,

trois mini fleurettes blanches et légères.

Difficile de trouver une différence entre ces trois bouquets blancs. Et pourtant ...

 

la première appartient à 'Snow Flurry' (0.20 m), le rampant.

Marcotte après marcotte il est capable de couvrir de grandes étendues mais n'est jamais aussi beau que lorsqu'il déborde sur un vieux mur.

 

la deuxième à 'First Snow' (0.60 m), le moyen.

Sans être ingérable, sa touffe s'est très rapidement élargie formant un joli dôme tout blanc.

 

et la dernière à 'Schneegitter' (1.20m), le grand.

Ses branches souples  sont tellement chargées qu'elles apprécient un support afin de ne pas s'affaler. 

 

Tous trois fleurissent assez tardivement, voire très tardivement pour 'Snow Flurry' et 'Schneegitter', offrant au jardin d'automne les derniers contrastes de la saison.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2020 4 11 /06 /juin /2020 22:38

 

Elle a été longue à apprivoiser cette petite anémone pulsatille et m'a résisté par trois fois. Je m'étais même résignée ... jusqu'à ce que je rencontre un petit semis sur un troc de plantes. Et comme souvent avec les plantes un peu capricieuses, le salut est venu d'un descendant d'une robuste lignée lorraine.

 

Entrée au jardin il y a 4 ans, ma petite plante doudou est devenue un joli coussin duveteux et m'a offert ce printemps un spectacle sans cesse renouvelé.

 

En boutons le 4 avril

puis le 8 avril

En fleurs le 9 avril

 puis le 10 avril

En fanaison le 7 mai

Sous la pluie

En semences le 22 mai

puis le 10 juin, prêtes à se détacher et clôturant en beauté la saison 2020.

Deux mois et demi d'un spectacle tout en beauté et en douceur.

 

D'ailleurs, je ne suis pas la seule à les aimer ces grosses boules poilues. Plusieurs sortes de punaises se promènent et se reposent sur ces oreillers tout doux.

 

Depuis cet essai transformé, le Bon Petit Génie des Jardiniers Troqueurs a mis sur ma route la version mauve

puis rose foncé

 

A mon tour de rendre la pareille en réussissant le semis de ces graines et en distribuant autour de moi cette petite anémone si généreuse.

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 23:49

 

Le printemps marque le réveil de la plupart des fougères du jardin. Pendant quelques jours, certaines rivalisent d'originalité. 

L'imposante et indigène dryopteris filix mas ne mettra pas longtemps à dérouler sa crosse.

Ce n'est pas le cas du polystichum setiferum qui prend son temps pour se déployer, faisant admirer au passage ses pennes rondement recroquevillées.

Habillé de "poils" noirs, le dryopteris cycadina mérite bien son surnom de fougère trompe d'éléphant.

Quant au polystichum munitum, il se tord et détord

puis déroule lentement chaque volute de ses frondes.

Pour qui prend la peine de se baisser, le monde des fougères se révèle être un monde plein de fantaisies.

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 09:30

 

J'en ai planté des bulbes et des bulbes de tulipes durant ma vie de jardinière !

Des simples, des doubles qui disparaissaient après leur première présence au jardin ; des botaniques qui étaient censées se naturaliser ; des précoces, des tardives ...

En désespoir de cause car un jardin printanier sans tulipes me paraît difficilement concevable, j'ai fini par accepter des tulipes orange qui revenaient fidèlement et très généreusement dans le jardin maternel.

 

Bien m'en a pris. Non seulement je les ai retrouvées fidèles au poste l'année suivante mais elles ont même commencé à se multiplier quelques années plus tard.

Forte de cette première expérience très concluante, je me suis penchée de plus près sur cette famille des fosteriana  que le jardin avait l'air de tant apprécier.

J'ai tenté la belle blanche 'Purissima'

puis la lumineuse jaune 'Yellow Purissima'

Toutes les trois ont aussi été acceptées par le jardin et commencent maintenant à se multiplier.

 

Alors cet automne c'est décidé, pour que ce soit un vrai festival de corolles au printemps prochain, je planterai 'Albert Heijn', la rose très girly ; 'Poco Loco', la rose plus clair ; 'Exotic Emperor', la double blanche et 'Flaming Purissima' à la floraison changeante qui passe du blanc crème au fuchsia en un joli camaieu.

J'ai déjà hâte.

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 23:19

 

Chaque année, je les attends avec impatience mes petites messagères du printemps. Elles marquent le début de la fin des perce-neige et le réveil du jardin.

Pourtant, notre histoire commune n'a pas débuté sous les meilleurs auspices. Par trois fois, les petits bulbes d'eranthis hyemalis plantés à l'automne ne m'ont pas offert les fleurs escomptées.

Le salut, comme pour les perce-neige, est venu d'une plantation printanière en vert. Depuis, nous vivons toutes deux un beau roman d'amour. Je les admire et les félicite pour leur jolie présence et elles me remercient en m'offrant de nombreux semis.

 

L'année dernière, j'ai découvert ciliata. Même petite bouille toute pimpante ...

... mais une collerette plus ciselée et plus fine.

feuille eranthis ciliata

feuilles eranthis hyemalis

 

Légèrement pourprée au débourrage, elle s'épanouit quelques jours plus tard que hyemalis prolongeant ainsi la courte saison de ces bulbeuses.

 

Mais au fait, pourquoi ACONIT d'hiver ? Une petite idée ?

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 13:51

 

Chaque printemps, je me pose la même question : pourquoi mes jolis crocus vernus et chrysanthus ont-ils été presque tous mangés par les campagnols alors que les crocus tommasinianus résistent à leur appétit et prolifèrent même généreusement ? Ces petits botaniques seraient-ils moins goûteux, voire repoussants ?

 

Comme je n'ai pas trouvé d'explication, je me contente de remercier la Bonne Fée des Jardins et d'admirer mes jolis coussins mauves, premiers avant-coureurs du printemps.

Cette belle profusion colore désormais de nombreux endroits du jardin. Pourtant je n'ai acheté qu'une cinquantaine de bulbes chez un hard discounter il y a onze ans.

 

Chaque année, je conquiers de nouveaux espaces. Je divise les grosses touffes au moment de la floraison. En arrosant abondamment, elles ne se rendent même pas compte qu'elles ont été bousculées et déplacées.

 

Je prélève les semis spontanés dispersés dans la pelouse ou nichés au pied des pierres de bordure.

 

Et voici le résultat de cinq bulbes plantés il y a seulement trois ans.

Sans le soleil ...

... et sous le soleil.

 

 

Alors, même si le spectacle est de courte durée, voire de très courte durée si une vilaine météo s'en mêle, je continuerai à disséminer ces petites corolles mauves encore et encore.

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2020 2 18 /02 /février /2020 08:05

 

Il y a de moins en moins de neige au pied des Vosges et malgré tout le jardin blanchit d'année en année. Pas de micro climat pourtant, tout le mérite revient aux nombreuses gouttes blanches des perce-neige.

Les bulbes patiemment et parcimonieusement plantés depuis huit ans se sont bien multipliés. Les touffes se font de plus en plus grosses et les décors de plus en plus étendus.

 

L'Allée Blanche a subi quelques pertes mais la longue guirlande blanche qui ourle les pierres s'étoffe d'année en année. Les trous ont été comblés et l'ensemble devrait son intégrité l'année prochaine. 

 

Une autre coulée blanche est en train de voir le jour. Elle souligne les larges pierres moussues du petit muret qu'un pâle soleil met en valeur.

 

Au vu des nombreux semis, l'invasion blanche est en marche et ce, pour mon plus grand plaisir.

 

Il ne sera pas dit que mon jardin d'hiver ne s'habillera pas à nouveau de blanc durant l'hiver, foi de berthille.

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 08:35

 

Privilège des hivers lorrains désormais de plus en plus doux, le premier nandina 'Fire Power' arrivé au jardin en 2015 a survécu aux derniers hivers plus ou moins hivernaux. Je me suis donc sentie autorisée à en planter un deuxième sujet à l’automne dernier.

 

Formant une jolie petite boule vert tendre durant toute la belle saison, je l'ai pourtant choisi surtout pour sa belle présence hivernale. Dès les premières fraîcheurs automnales, sa robe change de couleur passant progressivement du vert printemps à un rouge incendiaire qui persistera durant tout l'hiver.

le 6 septembre

 

le 17 septembre

 

le 4 octobre

 

Dans la grisaille de la morte saison, la petite boule rouge réjouit les yeux et apporte une touche de gaieté bienvenue,

 saupoudrée de givre

ou habillée de neige

 

Plantés tous deux à mi-ombre sans recevoir le soleil aux heures les plus chaudes, ils ont supporté chaleur et sécheresse, à peine soutenu par trois-quatre arrosages pour le plus vieux sujet.

Alors si d'aventure, vos hivers ne passent pas sous la barre des 12/-15°, n'hésitez pas une seconde et offrez à votre jardin ce joli petit persistant qui lui apportera une touche de peps fort appréciable.

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2018 3 31 /01 /janvier /2018 21:37

 

Il y a une dizaine d'années, une petite touffe de perce-neige prélevée dans un talus communal était plantée au jardin. C'était les premiers d'une longue série.

Etonnamment, aucun jardin familier n'en recélait, conséquence sans doute des hivers lorrains d'antan où la neige n'était pas anecdotique et recouvrait en quantité les terres jusqu'au printemps.

 

Elles m'ont tout de suite tapé dans l’œil ces petites gouttes blanches et j'ai rapidement su que je voulais les voir ponctuer les massifs de leur blancheur immaculée. Alors, j'ai divisé, divisé à tout va ne plantant qu'un bulbe à la fois afin "d'économiser". Il semblerait d'ailleurs que ces bulbes soient de grands matheux et se multiplient en obéissant à la suite de Fibonacci 1-1-2-3-5-8-13-21 ...

 

Puis j'en ai reçu, j'en ai (re)trouvé ... et cela fait deux ans que les taches blanches s'arrondissent et que le résultat commence à être visible. Les scénettes hivernales égaient maintenant le jardin tout entier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, certes ce sont "que" des galanthus nivalis tout ce qu'il y a de plus communs mais leur aspect décoratif n'a rien à envier aux centaines de cultivars maintenant disponibles.

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 10:27

 

Alors que ses compatriotes sont tous défleuris, grillés par la première gelée, celui-ci est toujours debout, apportant encore une timide tache jaune dans un massif dénudé.

Un vrai courageux ce chrysanthème. Il a vaillamment supporté 11 nuits de gel, deux chutes de neige ainsi qu'un dimanche de pluies torrentielles.

Malheureusement point de petit nom à vous donner, c'est un rescapé de cimetière trouvé sur un troc de plantes ce printemps.

le 5 novembre, au début de sa floraison

 

Hier, je suis allée rendre visite aux disparus. Au milieu de dizaines de potées brunies, seuls quelques  chrysanthèmes jaunes éclairaient encore un peu le lieu et dans le bac de déchets verts, une énorme potée affichait encore quelques fleurs dorées.

Je vous laisse deviner la suite ... même pas honte ... bien au contraire.

 

J'ai coupé les tiges florales et l'ai remis en pot. Il passera l'hiver à la cave et sera planté dans un massif dès le printemps.

 

Quant à mon petit courageux, sous la neige tombée hier et celle qui tombe en ce moment, il fait toujours bonne figure mais je vois bien qu'il fatigue. En fleur depuis le tout premier jour de novembre, je lui pardonne bien volontiers et lui décerne même un satisfecit.

.

 

Partager cet article
Repost0