Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 16:14

 

La saison des perce-neige n'est pas encore tout à fait terminée que je sais déjà combien ils vont me manquer. C'est incroyable la place qu'ont pris ces petites gouttes blanches dans ma vie de jardinière depuis quelques années. Et pourtant, même si j'apprécie grandement leur diversité, je ne me considère pas comme une "galanthophile", me satisfaisant de découvertes, d'échanges ou de cadeaux pour diversifier leurs blanches (et vertes) fleurs. Sur tous ces points, j'avoue que j'ai été et suis vraiment gâtée.

 

Ce que j'aime par dessus tout, c'est composer de petites scènes hivernales qui ponctuent le jardin de leur joyeuses corolles.

 

 

 

 

Parfois, Dame Nature en personne compose pour moi et m'offre de réjouissantes surprises.

 

Cette année, grâce à une opportunité offerte, un projet qui me tenait à coeur a pu être finalisé. Et c'est ainsi que de très sombre, un petit sentier s'est vu éclairé par des centaines de gouttes laiteuses et que l'allée du tilleul s'est transformée en allée blanche.

 

 

 

Comme j'ai hâte d'être en février prochain !

 

Repost 0
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 10:37

 

Cela faisait quelques années que je regardais de travers le vieux cognassier du Japon. Une masse énorme, sournoisement et méchamment piquante et dont la floraison précoce souffrait bien trop souvent des gelées tardives.

 

Certes les années fastes, le coup d'oeil était au rendez-vous. Mais pour trois petites semaines de plaisir, je supportais ses désagréments et son peu d'intérêt tout le reste du temps.

 

D'année en année, je reculais le moment de m'y attaquer me doutant bien (?) de l'ampleur de la tâche. Et puis le jour est venu où j'ai rassemblé tout mon courage pour attaquer le chantier. Taille, broyage, épandage ... Un volume !!! Mais ce fut de loin le plus facile.

La suite fut une véritable épreuve de force. Hache, coupe-branches, sécateur, louchet, gouje ... tout fut bon pour venir à bout de la bête. Il m'a quand même fallu les bras forts de l'homme du jardin pour les derniers coups de louchet ainsi que pour sortir du trou l'énorme entrelacs de racines.

 

Pour réussir à ôter le maximum de racines, car je sais le monstre dur à cuire et produisant de nombreux rejets, j'ai creusé un trou si gros (2.00 x 1.50 m) et profond (0.80 m) qu'il aurait pu contenir un nouveau bassin.... ce que d'ailleurs on n'a pas manqué de me faire remarquer avec insistance.

 

Avant

Après

 

Et après après ?

 

Repost 0
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 17:16

 

Tout a commencé par un cadeau au printemps dernier. Un magnifique bain d'oiseaux réalisé en hypertufa par Françoise, mon amie jardinière et bricoleuse. Il y a deux ans, ses doigts de fée s'étaient déjà exercés sur un abreuvoir de taille plus modeste.

 

Bien qu'il soit à demi-caché par la végétation, nombre de visiteurs du jardin connaissent son emplacement et viennent s'y abreuver.

 

Pour ce nouveau présent, elle a vu grand, très grand et a choisi la plus grosse feuille de rhubarbe de son jardin. Le résultat est à la dimension de cette feuille géante  (65 x 55 cm).

 

A cadeau exceptionnel, emplacement de choix. Trop imposant pour s'intégrer joliment dans de l'existant, un nouvel espace a donc été grignoté sur la pelouse. Enfin, pelouse ... il s'agissait plutôt d'une petite pente moussue, aux trois quarts verticale, synonyme de glissades, chevilles tordues et chutes en tous genres.

Quelques belles grosses pierres et brouettes de terre plus tard, le bain d'oiseaux est enfin -et non sans mal- horizontal et la pente "Rompecul" n'est plus qu'un lointain souvenir.

 

Après le gros oeuvre, les plantations ! Ce petit espace sera réservé à la couleur orangée. Cela me permettra, entre autres, de relocaliser quelques hémérocalles dont la couleur ne s'intègre plus dans certains massifs.

A l'automne un carex testacea 'Prairie Fire' aux pointes orangées a déjà pris place.

 

Et la semaine dernière, un bel hellébore abricot, le premier du jardin, est venu ouvrir le bal des plantations de la saison.

 

Le plus urgent sera de cacher les pierres de soutien par quelques sages graminées persistantes, légères et aimant la mi-ombre.

Repost 0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 08:48

 

Le projet flottait dans l'air depuis deux ou trois ans mais chaque fin d'hiver voyait l'opération reportée à l'hiver suivant. Et puis hier, l'Homme à la Tronçonneuse est venu.

abattage-melezes1-29-mars-14.jpg

  Un premier trait de tronçonneuse pour couper l'entaille directionnelle ...

abattage-melezes2-29-mars-14.jpg

 

Un coin placé judieusement de façon à assurer l'axe de chute ...

abattage melezes3 29 mars 14

 

Un craquement et en moins de temps qu'il n'en faut pour le penser, lepremier ( presque) géant se couchait au sol.

abattage-melezes4-29-mars-14.jpg

 

Quelques minutes plus tard, c'était au tour du second. 

abattage-melezes5-29-mars-14.jpg

 

17 m pour le plus haut. 16 m pour le plus "petit". Bel exploit pour des arbres affichant 18 années !

abattage-melezes6-29-mars-14.jpg

 

Le paysage s'en trouve immédiatement allégé et agrandi.

abattage melezes8 29 mars 14

 

Finie la vision de ces hauts et larges troncs enlierrés qui guidaient l'oeil vers le haut et raccourcissait la faible largeur du jardin.

melezes-11-oct-13.jpg

 

Et maintenant, place au nettoyage et aux plantations ! Cela fait deux ans que certains arbustes trépignent d'impatience dans leur pot.


Repost 0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 14:30

 

... ou comment avoir besoin d'une demi-journée pour planter 5 oignons de tulipes !!!

 

Il me restait 20 bulbes de tulipes à planter. Soleil et douceur étant au rendez-vous hier, j'ai donc enfilé gants et chaussé sabots pour aller m'acquitter un peu tardivement je l'admets, de ces ultimes plantations de l'année.

 

Première contrariété : retrouver le couteau planteur ... enfin désherbeur à l'origine. Le dénicher bien caché derrière un énorme pied d'hellébore foetide. "Désherboter" une petite demi-heure durant. En profiter pour ratisser et aplanir au passage les taupinières soulevant la terre des plates-bandes.

 

Deuxième prise de tête : sachet de bulbes en main, chercher un endroit où les planter. Le sous-sol ayant été abondamment garni il y a quelques semaines, se rendre compte que la tâche ne s'annonce pas simple et qu'une terre vierge serait bien plus accueillante.

Se dire que finalement, c'est peut-être le moment de concrétiser la petite extension prévue sur le massif 'Purple Emperor'.

 

Troisième contretemps : se rappeler que la corde qui sert de guide ébauche déjà une autre future extension de ce même massif ! Arg ! Impensable de défaire ce qui a déjà été mi-fait.  Retrousser donc ses manches pour matérialiser le nouveau tracé avec des pierres.

 

Quatrième complication : trouver des pierres adéquates !!! Et là, la partie est loin d'être gagnée !

 

Quatre heures plus tard, la nuit tombe. Fourbue, je range gants, brouette et outils avec un profond sentiment d'accomplissement : mes cinq tulipes sont en terre.

extension1-massif-pourpre-18-dec-13.jpg

 

extension2-massif-pourpre-18-dec-13.jpg

 

Je discute, je discute mais c'est pas l'tout : il m'en reste encore 15 à mettre en terre !!!

Repost 0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 23:02

 

Ca sent la fin ...

Malgré l'arrachage des tiges sèches de nielles des blés et un nettoyage succint, la jolie praire fleurie du mois de juin n'est plus qu'un souvenir.


Quelques centaurées bleues résistent et fleurissent encore un peu ; une dizaine de mini-tournesols grandissent timidement ; des cosmos se mettent enfin - mais trop tardivement - à lever ; de nouveaux soucis boutonnent ; trois rudbeckias jaunes sont épanouis ...

Un peu chiche pour un tapis de fleurs !!!

tapis-fleuri-1-sept-12.jpg

Une note de satisfaction toutefois : deux pieds d'Indian Paintbrush ont levé et fleuri.

Cette fleur des prairies humides et montagneuses nord américaines faisait partie du mélange ramené des USA par nos amis charentais.

J'avoue que je ne suis pas peu fière de la voir s'épanouir dans ma lointaine Lorraine ... même si j'attends toujours la visite des colibris qui se régalent de son nectar.

Indian-Paintbrush-2-sept-12.jpg

Une cocotte bien peu fréquentable pourtant que cette fleur. Ses racines s'allongent jusqu'à en rencontrer d'autres. Elles y pénètrent et y puisent une partie des nutriments de la plante hôte, une graminée bien souvent.

 

Le semis printanier donnant des plantes qui grandissent à l'automne et fleurissent surtout l'année suivante, de bonnes surprises seront peut-être au rendez-vous en 2013.

 

Repost 0
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 08:55

 

Quatre mois après le semis, le joli tapis fleuri du mois dernier commence à avoir du plomb dans l'aile.

Les pluies et le vent ont couché et aplati certaines zones du pourtour. Non éclaircis, les plants ne s'étoffent pas et le semis en ligne reste beaucoup trop visible.

Les annuelles les plus précoces grainent et l'esthétisme n'est pas forcément au rendez-vous. Les très nombreux pieds de nielle des blés accentuent cette impression de prairie avant fauche.

Les plantes les plus hautes font trop d'ombrage aux plus basses qui peinent alors à forcir et à fleurir comme elles devraient le faire.

Certaines variétés, pourtant présentes parmi les semences, ne se sont pas montrées. Deux pieds de cosmos roses seulement, aucune malope. Mais peut-être est-ce une conséquence retard de l'effet baveuses.

 

En revanche, les centaurées barbeau (centaurea cyanus) sont toujours bien présentes et bleuissent fidèlement l'ensemble. Parmi tous les coloris, les bleues sont les plus hautes, les plus florifères et les plus remarquées.

 

Quelques fleurs jaunes font leur apparition et apportent une touche (un peu trop) flashy : soucis, coreopsis, chrysanthèmes des moissons.

 

chrysanthemum-segetum-1-aout-12.jpg  coreopsis-tinctoria-1-aout-12.jpg

 

tapis-fleuri-1-aout-12.jpg

Repost 0
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 08:56

 

Il a plutôt mal supporté les outrages du temps le petit banc de pierre installé sous le cerisier au printemps 2007. De saison en saison, il s'est penché, penché jusqu'à devenir un danger pour le lierre arborescent tout proche.

Cela faisait d'ailleurs un certain temps qu'il n'était plus en odeur de sainteté.

 

Trop haute, l'assise n'était pas suffisamment agréable pour prendre une pause bienvenue sous l'ombrage du cerisier. 

Malgré plusieurs essais, je n'ai jamais réussi à camoufler joliment les deux agglos qui lui servaient de support.

En dépit d'un badigeonnage en règle au yaourt, la mousse n'a jamais voulu y élire domicile. Les graminées tentées se sont révélées peu dissimulantes. A l'opposé, le lierre planté à son pied s'est rapidement montré envahissant m'obligeant à pratiquer des tailles hebdomadaires.


Bref, ce petit coin ne me satisfaisait plus ... mais l'idée d'un banc en grès ne m'abandonnait pas pour autant, certaine qu'un nouveau et plus glorieux destin attendait cette belle pierre ailleurs dans le jardin.

 

Le bassin et ses poissons agissant comme un véritable aimant sur les habitants de la maisonnée, c'était là qu'elle devait aller, là où justement manquait un endroit où se poser pour observer la vie toujours grouillante du petit milieu aquatique.

 

Heureusement, des bras mâles, costauds et bienvenus sont entrés en action.

Deux grosses pierres, vestiges d'un ancien muret en bordure de propriété, se sont révélées idéales pour supporter le lourd bloc de grès. Là où il m'aurait fallu une journée, à peine deux heures ont suffi à l'homme de la maison pour transformer ce coin du bassin.

L'assise est parfaite, la vision très agréable. Je suis aux anges.

Un bien joli cadeau qui pour moi vaut tous les présents du monde.

 

banc-pierre1-30-juil-12.jpg

recto

 

banc-pierre2-30-juil-12.jpgverso

 

Il me reste encore à végétaliser la partie avant du bassin. Le serpolet planté ce printemps se plait à merveille mais les nombreuses abeilles butinant ses fleurs sont bien gênantes lorsqu'il me faut m'agenouiller pour nettoyer chaque jour le filtre de la pompe.


A ce propos, je suis preneuse d'une idée de couvre-sol très bas supportant sans noircir les températures basses (-20°) , la terre sableuse, le plein soleil et un léger piétinement.

Comment ça, j'en demande toujours trop ?!!!

 


Repost 0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 09:42

 

Trois mois après le semis, le tapis fleuri porte bien son nom. C'est un festival de couleurs.

Le bleu des centaurées barbeau doubles (centaurea cyanus) domine largement et hautement.

centaurea-cyanus-bleu-1-juil-12.jpgOutre leur légendaire couleur bleue, je ne les savais pas déclinables en tant de teintes, ces bleuets. Blancs, roses, fuchsia, mauve, violets, pourpre, aubergine ... de quoi combler harmonieusement les trous laissés par certaines vivaces mortes durant l'hiver.

centaurea cyanus blanc 1 juil 12  centaurea cyanus rose 1 juil 12

centaurea cyanus fuchsia 1 juil 12  centaurea cyanus mauve 1 juil 12

centaurea cyanus violet 1 juil 12  centaurea cyanus pourpre 1 juil 12

centaurea cyanus aubergine 1 juil 12

Même si de nombreux défauts de jeunesse sont notables, je trouve l'emplacement de feue la piscine plutôt joliment habillé pour cette année.tapis fleuri 30 juin 12

Repost 0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 08:12

 

Deux mois jour pour jour après le semis, la première fleur s'est épanouie, une alysse odorante (lobularia maritima).

tapis-fleuri1-29-mai-12.jpg

 

Une autre variété, inconnue, sorte de mini gazania d'un jaune éclatant, a suivi le lendemain. Timide, elle refuse d'ouvrir sa corolle par temps gris.

tapis-fleuri2-30-mai-12.jpg

 

Et hier matin, une nouvelle inconnue s'épanouissait, légère en haut de sa tige gracile.

tapis-fleuri3-30-mai-12.jpg

 

C'est encore loin d'être un tapis de fleurs mais ces quelques fleurs qui émaillent les longues lignes vertes sont déjà une jolie promesse.

tapis-fleuri-1-juin-12-copie-1.jpg

 

Si l'une de ces inconnues ne vous l'est pas, n'hésitez surtout pas à le dire !

 

Repost 0